En ce moment

Non, ce n’est pas du jus de tamarin. C’est l’eau de robinet de la commune de Dewa à Moheli

Facturé l’eau dans la commune de dewa 1 c’est du arnaque qui fait la nouvelle société d’état SONED

L’État se dégageait depuis 1985 de la gestion de l’eau sur Fomboni, bangoma, bandarsalama et djoiezi, et ne gardait plus aucun rôle qu’il ne voulait pas assumer l’entretien, laissant les riverains s’en occuper.

En 2007 un aide de un million d’euros de AFD, a été accordé au gouvernement comorien afin de revoir l’ensemble des installations malheureusement, le gouvernement a eu l’ingénieuse idée de reprendre un autre captage pour alimenter uniquement en eau propre, la ville de FOMBONI, laissant à l’abandon les trois autres villes.

Pendant ce temps les habitants de bangoma a djoiezi se sont accrochés à leur point de chute d’eau, ils s’organisaient à entretenir les citernes, nettoyer lepoint du chute et le gravats.

Aujourd’hui, force de constater, un organisation du gouvernement veut prendre en charge l’entretien de notre patrimoine communale, t’en mieux, mais! au lieu de commencer à entretenir les cannalisations, refaire le service, investir dans la barrage…celui qui est nommé directeur, qui vient tout droit de Ngazidja, de la dite SONED, ne fait que de délivrer des factures! Quel vol. « Encore, ce directeur est le seul salarié, le 40 recrues ne sont que de stagiaires »

Le plus rigolo de tout ça, les factures! Ewa les factures, distribués en campagne fanfaron! Ces factures clients avec les montants différents à l’autre dans l’absence toutal de compteurs clients! Comment il a fait ce directeur d’en arriver à ces prix!

Avant SONED notre eau a été de qualité meilleur, regarde maintenant avec.

Je félicite et j’en courage ses habitants de bangoma, bandarsalama et djoiezi qui refusent de payer ses factures, eux, ils ne réclament que des investissements conforme et confortable car, ces installations dans leur commune date depuis plus de 40 ans, pas de dette publique ni rien.

Investir d’abord, le gens payeront.

Par Mohamed Bacar, Moheli (Titre: Comores Infos)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*