Nord du Mali : tirs de joie du Mujao à Gao après sa "victoire" sur le MNLA

18 novembre 2012

Nord du Mali : tirs de joie du Mujao à Gao après sa « victoire » sur le MNLA

Un islamiste du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), le 16 juillet 2012 à Gao au Mali ©AFP

BAMAKO (AFP) – (AFP)

Les
islamistes du Mouvement pour l’unicité et le jihad en
Afrique de l’Ouest (Mujao) tiraient des coups de feu en
l’air dimanche soir à Gao (nord-est du Mali) après
les violents combats de vendredi contre des rebelles
touaregs du MLNA qu’ils disent avoir vaincus, a-t-on appris
de sources concordantes.

« Ils tirent (des coups de feu) en l’air et disent Allah
Akbar, Allah Akbar (Dieu est grand en arabe), nous avons
gagné », a rapporté à l’AFP un habitant de
Gao, ville et région éponyme contrôlées
depuis juin par le Mujao qui en a chassé les rebelles
touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA).

Des éléments du Mujao formant un convoi de six
véhicules ont fait leur entrée à Gao par la
partie nord de la ville et tiré des coups de feu en
l’air « comme s’ils venaient du front », a
indiqué à l’AFP un témoin.

« C’est pour fêter notre victoire sur le MNLA », a
déclaré à l’AFP Abou Dardar, un responsable
du Mujao, joint au téléphone depuis Bamako,
confirmant les informations rapportées par des
habitants, mais sans donner de bilan des affrontements.

Vendredi, de violents combats ont opposé dans la
région de Gao les islamistes du Mujao aux rebelles
touareg du MNLA lequels, selon des sources sécuritaires
régionales, ont subi « une lourde défaite »,
perdant « au moins une dizaine » de combattants et du matériel.

Selon deux sources sécuritaires au Mali et au Burkina
Faso voisin, le colonel Mechkanine, adjoint des forces
armées du MNLA a été blessé dans ces combats.

Un calme précaire régnait dans la région de
Gao depuis la fin des combats.

En prévision d’une possible reprise des combats,
Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a envoyé
samedi de Tombouctou, à 300 km plus à l’ouest, des
renforts aux hommes du Mujao, selon des témoins.

Dans un communiqué transmis dimanche à l’AFP, le
MNLA « dément avoir eu des morts mais déplore
uniquement neuf blessés ».Il affirme que les
islamistes « ont pris la fuite avec leurs
blessés » et fait état de « 55 morts et plus
d’une centaine de blessés » dans leurs rangs.

L’objectif du Mouvement « reste de reprendre l’Azawad (nom
donné par les Touareg à tout le nord du Mali) des
mains d’Aqmi et de ses alliés », avait indiqué
Moussa Salem, un combattant du MNLA.

Le 27 juin, à l’issue de précédents combats
qui avaient fait au moins 35 morts, le Mujao, appuyé
par Aqmi, avait évincé le MNLA de Gao où la
rébellion touareg, laïque et favorable à
l’autodétermination du nord du Mali, avait établi
son quartier général.

Le MNLA, allié au départ aux islamistes lorsqu’il
avait lancé l’offensive dans le nord du Mali contre
l’armée régulière en janvier, ne
contrôle plus aucune ville de cette vaste région aride.

Elle est totalement occupée par les jihadistes surtout
étrangers d’Aqmi et du Mujao et les islamistes d’Ansar
Dine (Défenseurs de l’islam), mouvement principalement
composé de Touareg maliens.

Ansar Dine et le MLNA mènent des négociations
depuis deux semaines au Burkina Faso.



Share

Tous droits de reproduction et de représentation

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*