Nouveaux bâtiments d’El Maarouf : le CA ignoré

Le Président de la République, Azali Assoumani a posé ce samedi 27 mai 2017,  la première pierre du nouveau Centre Hospitalier National (CHN). Les travaux doivent durer 3 ans.  C’est un hôpital qui sera construit sur six niveaux avec une capacité de 600 lits. Le coût évalué à ce projet est de vingt milliards de KMF. C’est une bonne initiative qui doit être encouragée et soutenue pour doter le pays d’un hôpital moderne qui répondra aux besoins sanitaires de la population.
 
Toutefois, ce projet du nouvel hôpital a été élaboré sans la participation du Conseil d’ Administration du CHN mis en veilleuse depuis des mois. Et pourtant, seul le Conseil d’administration est compétent pour élaborer un tel projet. L’article 14 du décret N°11-197 portant statuts, organisation et fonctionnement du Centre Hospitalier National El Maarouf du 15 septembre 2011 dispose que le Conseil d’Administration définit la politique générale de l’établissement et délibère notamment sur :
    La politique générale définissant les besoins que l’établissement doit  satisfaire ;
    Le projet d’établissement (projets social, logistique, médical, soins informer, plan directeur, politique d’informatisation de la gestion de l’établissement, etc…) ;
    Les programmes d’investissements relatifs aux équipements matériels lourds.
Comment un projet de 20 milliards de FC a été élaboré sans que le conseil d’Administration de l’hôpital soit associé ?  Les états généraux du CHN Maarouf organisés du 19 au 20 janvier 2008 à Moroni et qui avaient regroupé près de 100 participants dont 50 agents de l’hôpital tous grades et métiers confondus, avaient recommandé, la mise en place du Conseil d’ Administration. Un Comité de pilotage et de suivi des états généraux a été mis en place le 20 juin 2011. Composé de 17 personnes regroupant des personnalités issues du corps médical, de la société civile, des partenaires au développement, ce comité a été chargé notamment de réexaminer et réactualiser si c’est nécessaire et valider les conclusions issues des Etats Généraux du CHN El Maarouf, de mettre en place un conseil d’administration fonctionnel et d’évaluer les textes réglementaires pour l’organisation et le fonctionnement de l’Hôpital.  Au terme de plusieurs séances de travail, le Comité de pilotage a élaboré et validé un projet des statuts de l’hôpital qui a été soumis et validé en Conseil des Ministres le 10 aout 2011.  Finalement, le décret N°11-197 portant statuts, organisation et fonctionnement du Centre Hospitalier National El Maarouf du 15 septembre 2011 a été signé. Toutefois, les pouvoirs publics n’ont jamais respecté les dispositions de ce décret notamment celles portant sur les modalités de nomination du Directeur de l’établissement. L’article 22 de ce décret dispose que «le Directeur Général de l’établissement est nommé par décret du Président de l’Union, sur proposition du Ministre de la Santé après avis conforme du Conseil d’Administration ». Les nominations des Directeurs de cet établissement, notamment la nomination de l’actuel Directeur n’ont jamais respecté les statuts du CHN el Maarouf.  Les Présidents de l’Union ont toujours nommé des partisans qui n’ont pas eu l’avis conforme du Conseil d’administration.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Pour assurer le bon fonctionnement de nos hôpitaux, notammment celui qui vient d’ être inauguré à Bambao Mtsanga ce 25 mai 2017, il faut commencer par respecter les textes qui les régissent.

Comores droit 

1 commentaire sur Nouveaux bâtiments d’El Maarouf : le CA ignoré

  1. Comme il y a trop d’ intellectuel et des savant aux Comores , ils ne peuvent jamais se mettre d’accord puisque chacun veut montrer qu’il est plus instruit et connait le droit et les institutions par rapport à l’ autre .
    Le président a eu raison poser la 1 er pierre sans l’ avis de ce conseil d’administration fantôme qui est nuisible et entrave le bon fonctionnement de cet Hôpital . La guerre des cerveaux et de la mégalomanie n’ a fait que trop durer alors que la population souffre . Yé kamerantsi ou vantara kawna hindou .
    Bravo Mr le président . » l’ intérêt général est plus important que des considération partisanes .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*