Omar El Bachir en prison. La troublante ressemblance avec Azali

Le puissant Omar El Bachir dans une cage. Quelle image! Voilà le destin tragique de présidents qui refusent de tirer des leçons de l’histoire. Avant lui, son voisin du nord, le non moins puissant Hosni Mubarak avait également fini dans une cage. Mais El Bachir pensait que ça n’arrivait qu’aux autres. Il n’en a tiré aucune leçon.

El Bachir est un militaire devenu président suite à un coup d’état, alors que son pays traversait une crise séparatiste dans le sud. Pour garder le pouvoir, Il a formé une alliance avec le très populaire parti de l’islamiste Hassan el Tourabi. Mais voulant régner seul , Bachir a trahi Tourabi et le jeta en prison.(Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé aux Comores, est purement fortuite).

Pour ses admirateurs c’était l’homme fort dont le pays avait besoin pour marcher droit. Confondant autorité et autoritarisme. Privant la région sud du pays de ses droits constitutionnels, il a fini par brisé en deux, ce qui était le plus grand pays d’Afrique par la superficie. las de se faire humilier. Le Sud Soudan a proclamé son indépendance.

A force de vouloir tout gagner on finit par tout perdre. Ceux qui se croient invincibles aujourd’hui chez nous, doivent garder en tête, que ça n’arrive pas qu’aux autres.

Al Comorya (Titre: Comores Infos)

2 commentaires sur Omar El Bachir en prison. La troublante ressemblance avec Azali

  1. Monsieur Boinali, je crois que vous avez tout compris.
    Sambi n’est pas en prison parce qu’il a volé, c’est un prétexte, mais parce qu’il est un opposant redoutable pour le régime.
    En effet, l’argent des passports tout le monde en a profiter y compris ce régime.
    En fait, on essaye de faire croire que seul a profité l’argent du « Mpessa » le régime Sambi.
    Et bien non!
    On attend Azzali et ses sbires le jour J pour nous dire où eux aussi ont planqué le blé car si le FBI n’avait pas informé le regime Azali sur le trafic de la société qui faisait les passport et donc le contraindre à mettre fin à ce juteux marché, le régime aurait continué à profiter.
    Chacun aura sont tour, nos dirigeants d’aujourd’hui auront à s’expliquer demain, après un bon repos aux « Magobani » car il en ont droit eux aussi.
    En attendant, croisons les doigts car
    « Kapvana kali kali litso yushindoi ni djiyo » a dit un proverbe comorien.

  2. On ne doit pas mélanger la passion et le droit. Malgré la tricherie législative opérée par le pouvoir Sambi, l’ex-president avait planté l’arbre d’argent,selon son expression, Mouri Wampessa. C’est bien. Mais où est l’argent? Nous avons tous appris que 16 millions de dollars sont aux mains de son bras droit conseiller Bashar, également des millions dans la banque BFC,or il nous parlait autre chose. Une société privée étrangère a fait siège à l’aéroport de Moroni-Iconi,effectuant des travaux sans appel à concurrence, etc. Six mois après l’élection de Dr Iki président Sambi a refusé de céder le pouvoir. C’était probablement une histoire d’argent. Ayez pitié du pays. Où est l’argent? Pourquoi il s’est opposé à tous ses ministres des finances lex-gouverneur, M.Mamadou, Dr Iki ex-president?
    Son excellence Monsieur le président Azali, veuillez prendre les meilleurs médecins du monde pour ausculter l’ex-president sur place, dans sa maison-prison et en même temps les meilleurs juges du monde pour le juger. Nous avons besoin de lui pour savoir la vérité et l’argent.Tous les jours, il y a des malades, des morts, des emprisonnés, est est-ce que les uns ont des âmes de déchets et d’autres des âmes de diamant? Monsieur le ministre de la justice, ne dites pas des bêtises, que seul Azali peut le libérer. Et notre argent? Organisez plutôt sa comparution populaire, sans interférence. Le peuple a droit à la vérité. Enfin, l’histoire peut se répéter. Ali Soilihi a libéré Abdalla suite à son putsch, en récompense Abdalla l’a tué. Hélas, il n’a pas aussi échappé à l’arme du même bourreau.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*