Organisation d’un contrôle physique des fonctionnaires et agents de l’État

Depuis l’arrivée a la magistrature suprême de son Excellence Azali ASSOUMANI, Président de l’Union des Comores, beaucoup d’efforts ont été déployés pour assainir les Administrations Publiques. 

En effet, une mauvaise gestion conjuguée à des recrutements fantaisistes lors de la dernière période électorale ont eu notamment pour conséquence une masse salariale étatique à un niveau insoutenable. Des résultats indicatifs ont été enregistrés. Grace au système amélioré de la Gestion Intégrée des Structures et des Effectifs (GISE améliorée) la conservation des ces acquis est garantie.
Toutefois, la Direction Générale des Administrations Publique a des raisons de croire que dautres anomalies, ayant des incidences financières, restent à identifier et à supprimer dans le fichier de la fonction publique. 
Nous pouvons citer entre autres : des agents « fantômes » qui continuent à émarger dans les Etats de salaire et des agents qui sont payes a des indices qu’ils ne méritent pas ou intègres dans des corps ou cadre qui ne sont pas les leurs. 
De plus, le nouveau système GISE amélioré a des fonctionnalités très avancées. Ces dernières permettront une gestion plus simple des carrières des agents de l’Etat (affichage automatique des agents qui seront admis à la retraite six (6) mois avant la date d’admission). Mais à l’heure actuelle, certaines fonctionnalités ne sont pas exploitables a causé d’une partie des données erronées saisie dans le système.

Pour résoudre ces anomalies, la Direction Générale de la fonction Publique procèdera à un contrôle physique pour assainir le fichier de la fonction publique dans un souci de mieux maitriser la masse salariale conformément aux orientations du gouvernement.

Ministère de la justice 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*