Perspectives économiques aux Comores

  • En 2012 2013, une modeste accélération de la croissance devrait être portée par les exportations agricoles et les infrastructures.
  • L’atteinte du Point d’Achèvement de l’Initiative en faveur des Pays pauvres très endettés (PPTE) permettra de bénéficier d’une annulation de la dette multilatérale.
  • Le chômage touche 14.3 % de la population active et frappe particulièrement les jeunes (44.5 %).

La croissance devrait légèrement s’accélérer en 2012 en dépit d’une conjoncture économique défavorable en France, pays qui accueille l’essentiel de l’émigration comorienne. Cette croissance devrait s’appuyer sur la mise en oeuvre de plusieurs grands chantiers d’infrastructures dans le domaine des transports, du tourisme et de l’énergie. Cependant, ce regain d’activités en 2012 et 2013 pourrait peser sur la hausse des prix des importations et sur le déficit commercial. En 2012, les Comores seront confrontées au défi majeur de l’atteinte du Point d’Achèvement de l’Initiative des pays pauvres très endettés (IPPTE). La réalisation de cet objectif devrait ouvrir la voie à une diminution importante du stock de dette dans le cadre de l’Initiative d’allègement de la dette multilatérale (IADM) permettant de ramener le ratio dette/exports à un niveau soutenable de 150 % contre 349 % en 2011.

Les jeunes sont confrontés à un chômage important qui touche environ 45 % de la population en âge de travailler soit quasiment un jeune sur deux. Ce chômage est essentiellement structurel et touche les jeunes, aussi bien qualifiés que non qualifiés.

Il résulte notamment de l’insuffisance de la croissance économique et des contraintes multiples auxquelles font face les entreprises (coût élevé de l’énergie, mauvais état des infrastructures, fiscalité élevée, poids des charges financières). Du côté de l’offre, les jeunes comoriens ne sont pas assez formés pour répondre aux besoins du marché du travail. La fonction publique représente, à l’heure actuelle, le principal pourvoyeur d’emplois aux Comores.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*