Plus mouroir qu’El-maarouf, tu meurs

L’hôpital de référence national n’a toujours pas de directeur. La grève qui secoue l’établissement est loin de prendre fin. Pour trouver un nouveau directeur, le conseil d’administration est divisé. Alors que les réclament l’adoption du règlement intérieur de l’hôpital, les autres réclament le retour de leurs confrères médecins remerciés. Une belle cacophonie pendant que les patients souffrent.

image

A ce jour, le conseil d’administration de l’hôpital El-Maarouf tente de trouver une issue à cette crise chronique qui secoue cet hôpital public. «Nous avons lancé un appel à candidature au poste de directeur général. Lors d’une assemblée générale, nous n’avons pas pu procéder au dépouillement à la suite de notre mésentente », dit le président dudit conseil, Dr Mahamoud Moussa.

Une source proche du conseil, certains de ses membres jouent en faveur du ministère de tutelle ; ils exigent l’adoption du règlement intérieur avant le vote. Quant aux médecins, ils ont refusé de procéder à quoi que se soit avant la réintégration des docteurs Chakour et Djabir suspendus à cause de cette grève.

Aujourd’hui, ce conseil de 15 membres doit se réunir pour le même sujet. Mais visiblement, rien ne se fera avant que le corps des médecins ne soit entendu. « Fouad Mohadji a juré qu’il est hors de question de revenir sur le cas des deux médecins suspendus », révèle la même source.

Depuis le déclenchement de la grève, 28 juillet, seul le service minimum est assuré à El-maarouf. Après le départ de Mohamed Soudjay, deux agents du ministère de tutelle nommés pour renforcer le comité de direction assuraient respectivement les signatures administratives et financières. Leur mandat a pris fin le 8 octobre dernier.

Depuis, le principal établissement hospitalier du pays est sans boussole. Sous le regard indifférent du ministre de la santé et sous l’œil inquiet des patients.

Cherchant à amorcer le dialogue le conseil de l’île de Ngazidja, une commission parlementaire et la société civile ont essuyé un refus du ministre.

On rappellera que Dr Djabir est le seul et unique médecin urgentiste d’El-Maarouf. Après sa suspension, le service des urgences est sous la tutelle d’un généraliste.

Toufé Maecha / Hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*