Quarante deux ans indépendance: Y a-t-il le sens d’une fête 

Notre pays fêtera le 06 juillet prochain ses 42 ans de souveraineté nationale. Cela fait quatre décennies que notre drapeau flotte sur ce bout du monde.  42 ans que nous savourons cette indépendance, 42 ans que cette nation tisse son destin et évolue contre vents et marées. A 42  ans, on peut dire que notre pays a atteint l’âge de la maturité  par contre, il évolue toujours avec autant d’incertitudes.

Dans la pratique populaire, un anniversaire est un moment symbolique de commémoration qui peut être festif ou triste selon qu’il rappelle un événement heureux ou malheureux. Dans le cadre de la célébration de la fête de notre indépendance, ce grand événement est souvent réduit à un simple moment de fête sans plus. D’ores et déjà, l’organisation de la fête d’indépendance est à pied d’œuvre pour que cette fête soit grandiose et non une fête d’un peuple qui a foi en son avenir. Et dans le fond,  durant quatre décennies, les besoins du peuple sont conduits au même effet. Les gouvernements successifs jouent en ce sens un rôle folklorique qui, sur le plan politique, peut vite se modifier en mythe électrolysant les symboles du pouvoir pour immortaliser ce moment pendant qu’il n’y a pas de futur pour la nation, la population est raflée par l’inquiétude et la moitié des habitants vit en dessous du seuil de la pauvreté.

En effet, dans la vie d’un être humain, 40 ans c’est aussi l’âge de la raison, le temps des questions et du bilan. Comme disait l’autre « à 40 ans, il faut ouvrir sa fenêtre de l’autre coté ». A cette occasion, il est impératif de marquer un temps d’arrêt et de nous poser cette question «  qu’avons-nous fait de nos quarante deux ans d’indépendance ? » Sans pour autant vouloir verser dans l’insatisfaction, ni occulter certains réalités, il s’agira pour nous de poser un regard objectif sur ces quarante deux ans d’indépendance. C’est le sens d’une fête et non un grand rassemblement annuel sur les mêmes habitudes.    
Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*