Quelle issue pour Azali et sa famille

Opinion libre: Le piétinement par un peuple déchaîné? L’exil? Un procès international?
Ce qui est sûr c’est que le peuple implose et risque d’exploser. En 1996, TAKI ABDOULKARIM, dont le fils KARIM n’honore pas la mémoire, inflige une vilaine discrimination à la population d’Anjouan. En 1997, Anjouan se révolte et brandit la menace du séparatisme. Unis par la colère en réponse aux vexations de l’administration TAKI, Anjouan déstabilisa le régime, suspend l’unité nationale jusqu’à la disparition physique du Président le plus expérimenté, le mieux aimé de sa génération.
Un débarquement militaire à Anjouan tourna au fiasco.

AZALI répète plus dangereusement l’histoire. Plusieurs forces l’attendent de pied ferme dans moins de dix jours. Deux sombres individus préparent sa chute: KIKI qui décuple la colère du peuple par des déclarations provocatrices:  » quoi que vous fassiez, je déclare la victoire d’AZALI le 24 mars ».
MHOUMED MSAIDIE qui insulte les organisations internationales et défie l’Union Européenne, en simple Directeur de campagne et sans mandat gouvernemental.

Les conséquences seront terribles car désormais l’armée est divisée: les colonels CAMPAGNARD, RACHADI ABDALLAH, GAMIL, IBRAHIM, et plusieurs officiers de l’armée se démarquent d’un régime hors la loi et feront agir les centaines de soldats qui n’attendent qu’un signal.
Les populations de Ngazidja, Ndzouani et Mwali ont démontré une forte probabilité d’insurrection sauvage en cas de victoire d’AZALI qui n’aurait d’autre explication que par une immense fraude. Les plus optimistes des analystes politiques place AZALI au quatrième rang derrière JuUWA, CAMPAGNARD et MOUIGNI.
KIKI et MSAIDIE, en faisant la lecture d’une victoire au premier tour pour AZALI, ils mettent en danger de mort immédiat, le Président, sa femme et ses enfants, DJAZA de la CENI, les membres de la Cour Suprême et provoquent le lynchage des individus comme ANISSI, DHOULKAMAL, HAFI, MIDILADJI, MOUSTADROINE, ABDOU OUSSENE, IBRAHIM HALIDI, AHMED JAFFAR, SOUNHADJ, DJANFAR SALIM, dans une île où l’histoire récente a vu un homme dont les organes étaient repartis dans les mains d’une foule: le pauvre BRANDO que le parquet de Mutsamudu a été contraint de remettre à la foule, malgré une gendarmerie à moins de trois cent mètres et un camp militaire à moins de 1,5 kilomètres.

AZALI ferait mieux de quitter le pays avant les élections pour préserver la paix; IDJIHADI peut/doit, par sagesse, déployer l’armée, suspendre le processus en cours et demander l’arbitrage des Nations Unis pour éviter un bain de sang.

BEN ALI.

10 commentaires sur Quelle issue pour Azali et sa famille

  1. Bonsoir à tous, je reviens pour compléter l’intervention de Mrikaou ou plutôt poser une question : Le Président sortant Azali croit-il en Allah ? Si c’est oui, pourquoi laisse t’il mourir les siens ? Son peuple, c’est un dictateur, un imposteur cet homme. Comme tout dictateur sa fin sera compliqué. Pour l’instant les Comoriens doivent le VIRER, et sans aucun violence. Tu as raison il ne faut pas que le sang coule pour ce personnage, ce serai lui faire trop d’honneur. Bon courage à tous, les Comores est un beau pays et les Comoriennes et comoriens vous êtes d’une gentillesse formidable.

  2. Actuellement, partout dans le monde les jeunes en ont marre de tous ces vieux dictateurs qui ne veulent plus quitter le pouvoir et les comores ne fait pas exception.Au Comore avant nos parents et nos grands parents avaient peur de la mort aujourd’hui les jeunes comoriens n’ont pas peur ni de la violence ni de la mort donc s’ils ne veulent plus d’azali au pouvoir il le paiera de sa Vie sans avoir besoin de faire appel à des mercenaires.

  3. Les choses ont changé dans le monde. Tous les dictateurs sont ejectés par leurs peuples: Kadafi, Saddam, Zaire, Samuel Doe, Zimbabwé, pourquoi le putchiste?

  4. Qu’ Allah protege notre chere patrie, prions Allah qu il n y aura pas de bain de sang. Candidats, vous êtes tous, enfant de l archipel des comores, le bain de sang n est pas une solurion. La solution c est le respect de la decision du peuple souverain.

  5. Bonjour à tous, il ne faut pas que les Comores tombe dans la violence qui servirait le Président sortant. La solution pour son avenir après avoir été viré par le Peuple Comoriens, c’est de rendre des comptes, par exemple qu’il rencontre les familles Comoriennes qui ont perdu un enfant MORT, qui voulait vivre mieux ailleurs. Qu’il croise le regard d’une maman qui n’a plu son enfant, parce que la politique d’AZALI la fait partir au risque de perdre sa vie! Sa politique néfaste de ce Président a sacrifié de nombreux Comoriens, l’histoire des Comores jugera, mais si il avait un honneur ce brave homme, il ne serai pas devant son Peuple pour faire un nouveau mandat de Président, son premier est un FIASCO COMPLET AVEC DES VICTIMES EN GRANDS NOMBRES, MERCI A VOUS PRESIDENT SORTANT VOUS AVEZ UN BON BILAN QUI FAIT REVE QUE VOUS!

  6. Mon cher BEN ALI, nous ne croyons pas à nos jeunes soldats qu’ils sont patriotiques, moi pas besoin galooo soutié moi du RIZ , sergent Massamba, tiralleure MUTSOTSO, Caporal MWANGASSA, n’ acceptent pas de servir le pays, ils laisseront le peuple mort noyer . sous la DICTATURE DE 10ANS ENCORE RENOUVELABLE , MUNGU NA SI

  7. bo benali choga wowa houzaya dowadjo teder wa lawer douniyani yizo riwobawo de amani harouma yer comore mimi tsimrou wa AZALI wala ndjadjo handza yahoundre cha mdrou womba douan djema baya litsidjer harouma yer ntsi dewoudjo ka mafaka mgou namber c’est la honte un intellectuel comme vous ben Ali de dire une chose pareille réfléchit et arrêtez des notes dangereux comme ça merci

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*