Référendum en Turquie: alors qu’Erdogan essuie les critiques, Trump le félicite

Dans le concert de scepticisme sur la tenue du référendum constitutionnel en Turquie et les irrégularités dénoncées par les observateurs de l’OSCE et l’opposition, Donald Trump s’est démarqué, ce lundi 17 avril, en félicitant Recep Tayyip Erdogan pour sa victoire au référendum.

Dans un communiqué publié ce lundi soir, la Maison Blanche confirme en une ligne : le président américain a appelé son homologue Erdogan pour le féliciter après sa victoire au référendum.
Selon le compte-rendu de l’appel diffusé par l’exécutif américain, Donald Trump n’a émis aucune réserve sur le déroulement du scrutin, remporté d’une courte tête par l’homme fort d’Ankara avec un peu plus de 51% des suffrages.
Quelques heures plus tôt, le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, ne voulait pas s’avancer, agacé par les questions persistantes des journalistes sur la Turquie. « Si j’ai bien compris, il y a une commission qui doit faire un rapport. Ils ont le droit de faire des élections et les gens ont participé. Avant de nous mêler de leur système de gouvernement, laissons la commission faire son travail. »
La Syrie au premier plan
Le porte-parole de Donald Trump ne savait peut-être pas que son président allait, juste après cette déclaration, appeler le président turc.
Dans le très court communiqué publié après la conversation téléphonique entre les deux chefs d’Etat, on constate que le sujet qui intéresse Donald Trump en premier lieu est la Syrie, et l’appréciation de Recep Tayyip Erdogan après le raid américain de la semaine dernière : « Le président Trump a remercié le président Erdogan pour son soutien. Les deux chefs d’Etat sont d’accord, poursuit le texte, pour mettre Bachar el-Assad devant ses responsabilités ».
Le milliardaire ne fait pas mystère de son admiration pour les hommes forts, comme le président turc, et de son agacement pour les protestations de l’opposition, protestations qu’il estime subir lui-même aux Etats-Unis.
Rfi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*