En ce moment

Remise officielle du don russe : Ce don composé de 100 tonnes de riz, de 2 groupes électrogènes de 60 kva chacun et de plusieurs milliers

Le ministre de l’économie, en tant que président du comité interministériel chargé du suivi de l’après-cyclone Kenneth, Houmed Msaidié, a pris part cet après-midi à la cérémonie officielle de remise d’une aide humanitaire russe à la direction de la sécurité civile. Cet événement a vu la participation de l’ambassadeur russe aux Comores avec résidence à Madagascar, Stanislas Ahkledov, du représentant résident de l’Oms, Marcel Ouattara, des ministres de l’intérieur, Mohamed Daoudou et des transports, Bianrifi Tarmidhi, de la représentante résidente du Pnud, Fenella Frost, du secrétaire général de la commission de l’Océan indien, Hamada Madi Bolero entre autres. Ce don composé de 100 tonnes de riz, de 2 groupes électrogènes de 60 kva chacun et de plusieurs milliers de boîtes contenant des produits alimentaires a été accordé par le gouvernement russe pour venir en aide aux populations les plus touchées par la catastrophe naturelle, Kenneth qui a ravagé le pays en avril 2019. Cet engagement pris à Sotchi en octobre 2019 lors du sommet Russie-Afrique vient d’être effectif. Pour l’ambassadeur russe, cette aide humanitaire ne saurait être que le début d’une coopération bilatérale qui reste à étendre dans plusieurs secteurs.

Le ministre de l’économie et président du comité interministériel de suivi de l’après-Kenneth a tenu à remercier la fédération de russe au nom du gouvernement pour cet acte de solidarité suite au passage de Kenneth. Pour les Comoriens, l’aide russe n’est pas une surprise dans la mesure où ce pays sous une autre appellation avait apporté son soutien pour l’indépendance et a formé plusieurs cadres qui rayonnent aujourd’hui. La Russie est un partenaire de longue date qui entend renforcer sa coopération avec l’Union des Comores en apportant notamment son expertise pour le renforcement de capacités. « Le volume ou la quantité des produits nous importe peu. C’est plus le geste qui nous frappe » a conclu le ministre de l’intérieur.

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*