Rencontre avec le président de la République : Les 20 candidats campent sur leur position

wpid-screenshot_2016-03-08-10-36-17-1.png

Les 20 candidats à la présidentielle, qui contestent les résultats de la Ceni, ont été reçus hier matin au palais présidentiel de Beit Salam. Tous campent sur leur position et exigent, encore une fois, le recomptage des voix.

image

Hier matin, les 20 candidats à la présidentielle qui contestent les résultats proclamés par la Ceni il y a presque deux semaines, ont été reçus par le président de la République. Prêtant une oreille attentive aux doléances des candidats, Ikililou Dhoinine, en présence entre autre du ministre de la justice Abbas Mohamed Elhad, a décidé de mettre en place, une commission en urgence, pour se pencher sur le cas de ces prétendants à la présidentielle qui estiment avoir été lésés.

« Devant le président de la République, nous avons toujours gardé notre principale revendication à savoir un nouveau décompte des voix », a fait savoir Ibrahim Hissani, le porte-parole du mouvement des 20. Mouigni Baraka et Azali Assoumani, tous deux classés par la Ceni respectivement à la 2e et la 3e place, étaient également présents.

Cette rencontre intervient 48 heures après la proclamation des résultats définitifs du double scrutin par la Cour constitutionnelle. « La Haute Cour ne nous a pas donné des éléments palpables qui pourraient nous convaincre d’accepter ses résultats », a dit M. Hissani. Depuis la proclamation des résultats par la Cour samedi, aucune déclaration des candidats n’a filtré.

Tous cependant, ont dit avoir constaté des différences entre les résultats de la Cour et ceux publiés par la Ceni. Ibrahim Hissani, qui figure parmi les derniers sur la liste, s’est penché sur son cas : « J’avais 1,23% de suffrages et la Cour m’a attribué 1,15%. Il ne nous a pas été signifié que des bureaux de vote avaient été annulés, aucun motif de leur part ».

Il ajoute : « Les 4658 voix qui avaient été attribués à un candidat lors de l’élection du gouverneur de Ngazidja se sont éclipsés ». Des manquements qui poussent les 20 candidats à affirmer que la Haute Cour n’a pas fait son travail.

La rencontre entre le mouvement des 20 et le chef de l’Etat fait suite à une lettre adressée au président de la République la semaine dernière, par les contestataires. Dans leur missive, les candidats ont fait état des irrégularités et fraudes constatées lors du premier tour de la primaire à l’élection présidentielle et du premier tour des gouverneurs des îles.

Mohamed Youssouf / LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*