Rencontre Hollande / Ikililou : Ikililou satisfait du devoir non accompli

présidentLe Président de la République française a reçu son homologue comorien, M. IKILILOU DHOININE, ce vendredi 21 juin au Palais de l’Elysée.

L’essentiel de la rencontre a porté sur un accord d’amitié entre les Comores (sans Mayotte) et la France .

Le président Ikililou a exprimé à son homologue François Hollande le souhait du peuple comorien, à savoir le retour de Mayotte dans le giron naturel. Il a aussi évoqué la question du ‘’visa Balladur’’ qui continue depuis 1994 à faire des victimes. Le bras-de-mer séparant Anjouan et Mayotte (70km) est devenu le plus grand cimetière marin du monde pour le nombre de personnes qui périssent à bord des Kwassa Kwassa en tentant de rallier l’île de Mayotte.

Le président Hollande a déclaré au sujet de la coopération qu’une « Politique d’appuis aux investissements, aussi de soutien à ce qu’on appelle la Diaspora comorienne, qui est d’ailleurs très présente en France. Il y a plus de 300 000 Comoriens qui vivent en France, certains d’ailleurs avec une double nationalité. C’est une richesse que nous devons aussi mettre au service des Comores. Nous ferons donc en sorte qu’il y ait des projets qui puissent être soutenus et des Comoriens qui vivent en France – quand je dis en France, c’est la Réunion, Mayotte, c’est aussi la métropole – qui puissent investir ou agir pour le développement des Comores. » et il a rajouté en suite qu’ « Avec le Président des Comores, nous avons signé une déclaration d’amitié pour engager une politique de coopération parce que les Comores ont besoin d’être soutenues dans leur développement et également pour régler – vous le savez – ces drames humains qui ne peuvent plus être acceptés, et de faire en sorte que nous puissions mieux nous organiser pour éviter ce type de situation. »

Les Présidents Ikililou et Hollande ont indiqué partager la conviction que le développement des Comores contribuera à apaiser le différend entre les deux pays au sujet de Mayotte. Ils ont convenu de maintenir cette question dans un cadre bilatéral et de poursuivre avec détermination le dialogue approfondi relancé entre nos deux pays, afin de permettre dès que possible le règlement de ce contentieux.

Durant sa visite , le président Ikililou avait défendu la position du peuple comorien en déclarant dans son discours, lors d’un déjeuner professionnel au Quai d’Orsay : «  Madame la ministre, votre pays, la France, membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, n’a jamais accepté l’application intégrale de la Résolution N° 33-85 de l’Assemblée Générale de l’ONU, relative à l’admission de l’archipel des Comores composée de Mayotte, Anjouan, Mohéli et Grande-Comores, à l’indépendance. »

En signant un accord d’amitié qui ne reconnait pas l’île de Mayotte comme une île comorienne le président Ikililou a reconnu que l’île de Mayotte est française. L’accord d’amitié signé par Ikililou dit que l’Union des Comores est composé de trois îles.

7 commentaires sur Rencontre Hollande / Ikililou : Ikililou satisfait du devoir non accompli

  1. Cher Assoufia Ymm, soyons tous raisonnable. Gardons le statut quo comme vous le voulez. Mais dans ce cas que chacun assume les conséquence. Les gouvernement comoriens n’auront jamais et ne doivent jamais dépenser le peu de recettes publiques qu’elles disposent pour lutter contre l’exode des comoriens des autres îles vers Mayottes.
    Les Etats-Unis dépensent des MILLIARDS de dollards, des avions, des élicoptères et des milliers d’homme pour lutter contre l’immigration irrégulières sans résultat tangible.
    Les Comores tout comme la France n’ont pas les moyens de lutter efficacement contre « l’immigration » des comoriens vers Mayotte.
    Nous subiront tous les conséquences de la balkanisation des Comores. Et pour votre information sachez que si Mayotte était un Paradis comme tu le laisse entendre, les mahorais n’immigreraient pas en masse à la Réunion et en France métroploitaine. Nous sommes donc tous coupables et responsables devant Dieu et les hommes.

  2. mahorais si comoriens sa,tout sa c’est foutaise pourquoi ne pas laisser les choses comme ils sont,l’île de Mayotte française et aux comoriens de se débrouiller avec tous les magouilles :
    primo:demander aux gouvernements ce qu’ils gagnent en renvoyant des clandestins 100€ par tête à qui profite cet argent?
    secondo:la France a ses intérêts que sa soit politique ou militaire parce qu’il n’y a rien à gagner dans ses terres.

  3. l’intégrité territoriale d’un pays ne se base pas sur des sentiments qu’éprouvent les uns à l’égard des autres. Que les Mahorais prennent ou non conscience de fraternité, Mayotte est une terre comorienne et nous ne cesserons plus jamais de la réclamer. S’ils se prétendent être français que les français eux même, qu’ils aillent tous rejoindre leurs compatriotes en France et nous laisser notre terre. L’Algérie n’était-elle pas sous occupation française et devenue après un Département français ? Où en est-elle actuellement ? Un pays indépendant, une nation souveraine !!!

  4. Personnellement, j’ai trouvé le Président Iki très courageux. Osez dire que Mayotte est comorienne. Sachez que je suis entièrement d’accord avec lui. Géographiquement, Mayotte fait partie des Comores, c’est indiscutable, mais nous français et ce, depuis 1841 et nous n’avons jamais failli à notre patrie la France. Assimiler l’histoire mahoraise avec l’indépendance des Comores de 1975, c’est nous manquer de respect. Dans notre conscience collective, nous sommes français. Avant d’aller à Paris, discutons-en.

  5. bravo ns félicitons l’initiative de président de l’union des Comores pour la première fois un président comorien ose dire la position de peuples comoriens face à l’ile comorienne de Mayotte si les précédents fessais la même chose on devais avoir une solutions préliminaires maintenant il reste au comorien de mettre en place une lois spécial Mayotte que chaque président suive le chemin tracé par un lois car la politique n est reste la même avant hier HAZALI autre chose; hier Sambi autre chose et aujourd’hui Dhoinine vient prononcer la position des comoriens le retour de mayotte même si ca ne sera pas possible aujourd’hui

  6. en l’accord du president, je pense que les comoriens sont maintenant fatigués de la reclamation de notre ile sœur mayotte. mayotte ne retournera jamais si les conditions de vie, de travails,de richesse, de developpement de ses iles voisines ne sont pas à la hauteur que les leurs.
    je reste sans opinion sur ce sujet.

  7. Je reste toujours pessimiste à ce sujet relatif au retour de Mayotte.
    Lorsque je regarde à quelle direction se dirige nos trois îles,je pense au pire.Qui mange à sa faim ne voudra jamais aller vivre là où il ne mangera que par misère. Notre pays n’a toujours pas des activités qui permettront aux Mahorais de rejoindre leur archipel sœur.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*