Retour des Bacaristes : Djaffar Salim « Sarko » placé sous contrôle judiciaire

sarkozyDjaffar Salim Allaoui alias Sarkozy était interpellé juste après son retour à Anjouan la semaine dernière. Alors qu’il dit avoir décidé son retour au pays suite au discours de l’ancien président Sambi, il doit pointer à la gendarmerie deux fois par semaine.

« Djaffar Salim est interpellé lundi dernier. Il a justifié son retour en s’appuyant sur la déclaration qu’avait faite l’ancien président Sambi, assurant que les compagnons du séparatiste Mohamed Bacar peuvent retourner chez eux », a confié à La Gazette des Comores, le commandant de groupement de la gendarmerie de Ndzouani. Et le lieutenant Charafou d’ajouter que «Sarkozy est PLAC2 sous contrôle judiciaire. Il doit venir pointer deux fois par semaine. Toutefois, il n’a pas le droit de reprendre ses activités politiques. Pour être très précis, il doit rester inactif politiquement, sinon… ».

Après une semaine d’investigation, La Gazette des Comores est bien informée sur ce sujet de la bande à Bacar. C’est à un ancien ministre de Mohamed Bacar d’expliquer qu’ «après trois mois de prison à Koki, on a été entendu par le juge d’instruction de Mutsamudu. On avait bénéficié d’une libération sous contrôle judiciaire ». Et cet ancien ministre d’ajouter que «après cette libération, nous autres sommes rentrés chez nous. Sarkozy et consorts sont retournés à la gendarmerie pour récupérer leurs affaires. Puis, une décision venant de Moroni, a autorisé d’incarcérer injustement ces hommes».

Suite à cela, les détenus ont monté le coup et ont pu manipuler un gendarme, pour l’organisation du départ à Mjihari vars Mayotte. Après le débarquement, le pays et surtout l’Ile d’Anjouan vivait sous autorité militaire. «C’est l’armée qui tranchait, la justice n’avait aucun mot à dire devant la situation d’après débarquement. C’est pourquoi, on ne souhaite pas commenter ce sujet », a rappelé à la presse un juge du tribunal de Mutsamudu.

Djaffar Salim a accepté qu’il soit revenu à Anjouan pour faire la paix. « Rien d’autre que la paix ». Et d’après le commandement d’Anjouan, les séjours à Mayotte de Mohamed Abdou Madi alias Mjamawé et Dhoihirou [tous deux anciens ministres, ndlr] sont expirés. Ils risquent d’être expulsés, comme c’est le cas de leur ami Mbécheli, qui se trouve à Anjouan.

Nabil Jaffar  HZK-Presse

1 commentaire sur Retour des Bacaristes : Djaffar Salim « Sarko » placé sous contrôle judiciaire

  1. Quand vous parlez de Sambi c le … le Magicien etc.. alors que lui, une personne qui a martiriser, menacer et fait des choses telement horrible a la population anjouannaise est parler comme s’il n’avait rien fait,,, puuuuffff on voit bien quel genre de journaliste vous etes,, bandes d’hypocrites

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*