S.Kays est « vraiment » en colère contre ces « bandits »

Je suis vraiment en colère contre ces bandits.

Si demain, l’on m’apprenait que Amine Soeuf, le Ministre des Affaires étrangères comorien, se baladait nu sur le boulevard El-Maarouf à Moroni, je ne serai pas étonné. Tellement, le Monsieur semble avoir perdu toute forme de dignité. Il est tout le contraire de ce que l’on croyait jusque là. Loin de l’image de cet homme policé, réfléchi que l’on nous a vendu toutes ces années, il me parait franchement comme le plus con, débile, indigne, honteux, nauséabond…de tous les patrons de la diplomatie comorienne depuis l’indépendance. Comment ce minable ministre des affaires étrangères peut humilier un peuple à ce point ? Comment peut-on être aussi médiocre ? Monsieur Amine Soeuf, vous êtes un enfant indigne de la nation comorienne. Allez jusqu’à accepter de signer un document qui envisage d’aller installer un radar français à Anjouan pour empêcher la population comorienne de se déplacer en direction d’une des îles de notre territoire reconnu par le droit international. Il fallait oser… . Il y a beaucoup de choses scandaleuses dans ce document signé mais l’illustration de ce projet de radar est la preuve que ces bandits de grands chemins s’en foutent éperdument de ce qui peut être la dignité d’une nation, d’un Etat.

Mr Amine Soeuf chez moi on dit « ari mana usso kawatrouloi gnele yile mtru awone haya ». J’appelle particulièrement les anciens ministres des Affaires étrangères de notre pays qui sont encore vivants de réagir vivement contre cet accord. Le moindre silence de leur part leur couvrira d’indignité au même titre qu’Amine Soeuf. Aussi toute personne qui a occupé ne serait ce qu’en l’espace d’une journée une responsabilité de haut niveau aux Comores au sein d’un gouvernement doit manifester son indignation contre un tel accord qui humilie la nation comorienne.

A la France de Macron, la signature de ce régime dictatorial sans dignité ni fierté mais obnubilé que par l’aveuglement de la recherche d’une reconnaissance de la part d’une France qui marche désormais main dans la main avec le dictateur comorien sur le sang de nos frères et sœurs tués par ce sanguinaire, n’engage aucunement l’Etat comorien et son peuple. Et dès que l’Etat de droit recouvrirait ses prérogatives aux Comores, cette honte sera balayée d’un revers de la main et ces bandits mafieux seront traduits devant la justice pour haute trahison. Seul le peuple comorien est habilité à donner une légitimité à ses élus. Le temps où depuis Paris on désignait les gouverneurs des provinces coloniales est révolu. Mr le président Macron détrompez-vous ! Le différend franco-comorien au sujet de Mayotte ne peut se régler que: – par des échanges franches entre le gouvernement français et un pouvoir légitimement élu aux Comores qui aurait mandat du peuple comorien pour négocier dans la dignité cette question dont le droit international ne souffre d’aucun flou. Mais aucunement dans un marchandage basé sur un abus de faiblesse d’un dictateur en quête de légitimité prêt à tout pour avoir sa photo en costume bleu, avec son employeur au détriment des intérêts supérieurs de l’Etat comorien et de son peuple.

Soilihi Kays


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/1/d365227695/htdocs/wordpress/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

5 commentaires sur S.Kays est « vraiment » en colère contre ces « bandits »

  1. Je suis entièrement d’accord avec vous Keys.
    Cependant, ayez confiance au veillant peuple anjouanais car je suis sûr que ce dernier enverra, en pièces détachées, cette chose à Macron.
    Si Azali et le petit Amina on besoin de ce radar, ils n’ont qu’ allé l’installer à Mitsoudje.

  2. Monsieur soilihi kays, tu est encore deux fois plus con et débile que le ministère des affaires étrangères comoriens. Premièrement Mayotte appartient au mahorais et deuxièmement les radars c aussi pour empêcher et arrêter les pauvre comoriens et comorienne de mettre en danger leurs vies…

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*