Sambi doit soutenir un candidat mais qui …

wpid-screenshot_2016-03-14-05-45-11-1.png

Crée peu de mois avant la fin du régime Ahmed Abdallah Sambi, le parti Juwa se confirme étant l’un des grands partis des Comores présents au niveau national. Depuis sa création faut-il insister, Juwa continue à dominer les autres partis par le nombre de ses élus, et dans les Conseils des Iles que dans l’Assemblée Nationale. Le parti Juwa prouve sa supériorité quant aux autres partis par sa capacité à maitriser les votes dans les capitales du pays (Moroni, Mutsamdu et Fomboni), autrement dit ces capitales deviennent des fiefs sûrs de ce parti du tout puissant Oustadh Ahmed Abdallah Mohamed Sambi qui continue de jouir d’une popularité inégalée qui rende sans doute jaloux les autres chefs des partis. Juwa est aussi le seul parti qui fait le bon et le mauvais temps dans l’île d’Anjouan. En un mot sur ce parti, l’on peut dire qu’actuellement c’est le parti Juwa qui détient les clés de Beit-Salam. Dommage que son candidat à la présidentielle de 2016 Maitre Fahmi Said Ibrahim soit disqualifié pour la course vers le palais présidentiel. Classé en 4ème position par la cour constitutionnelle, le parti Juwa, son candidat Fahmi ainsi que son chef spirituel Monsieur Sambi ont vu leur rêve effondrer comme un château de cartes. C’est très dur, avouons-le mais rien n’est encore perdu pour Sambi pour sauver sa personnalité et la survie de son parti. Pour que cela soit possible, le parti Juwa et son chef Sambi ne doivent pas faire la folie en continuant de demander le recomptage des bulletins car cela ne sera jamais possible. Ils ne doivent pas non plus commettre la folie en clamant qu’ils ne soutiendront pas un candidat. Au contraire. Du moment où toute l’opinion comorienne et peut être internationale demeurent convaincues que le successeur  du Président Docteur Ikililou Dhoinine sera celui qui aura le soutien de Sambi et de son parti, ces derniers jouent sans doute un rôle si important de ce que deviendront les Comores dans les années à venir.

image

Il faut l’avouer entre Mamadou, Mouigni et Azali, Sambi pourrait avoir toutes les difficultés du monde pour choisir un. Oui, il faut avoir le courage de le mentionner, tous ces trois candidats au second tour, Sambi a un passé très compliqué. Mais sans doute parmi ces trois pour Sambi, il y a le moins risqué.

Sambi doit-il soutenir Mohamed Ali Soilih alias Mamadou en sachant que grâce à lui, il est devenu Vice-président et en retour ils (Mamadou et Ikililou) l’ont (Sambi) trainé dans la boue ? Je ne crois pas que cela soit le meilleur choix pour Oustadh Sambi. Apporter son soutien à l’UPDC, c’est commettre une faute politique grave. Le faire, Sambi perdra sa popularité et l’estime de la majorité de ses sympathisants qui sont choqués voire écœurés de la manière dont Ikililou et Mamadou, disons ce régime du relais qui rassure, ont malmené leur chef spirituel (Sambi). Et cela n’est pas un secret pour personne, c’est grâce à Sambi que Ikililou devient Président de l’Union des Comores et Mamadou Vice-président. Surement les militants de Juwa ne pardonneront jamais Sambi dapporter son soutien à l’homme (Mamadou) qui a vendu la terre et la mer (handouli et Boule mining)

Alors si ce n’est pas Mamadou, ça doit être qui ? Mouigni Baraka Said Soilih. Le Gouverneur sortant de Ngazidja. Classé 2ème par la cour constitutionnelle, n’est pas en soi un mauvais candidat. Il peut se targuer d’avoir un bilan positif par rapport à ses prédécesseurs à Ngazi-Ngomé. Et cela est vrai. En effet, Mouigni Baraka a ouvert la télévision de Ngazidja en lui dotant d’une capacité matérielle pour la rendre plus autonome et viser une plus grande couverture. Il a ouvert, même périodiquement,  la mutuelle de santé des élèves du primaire de Ngazidja et a doté de ces élèves de fournitures scolaires gratuites. Avec ce bilan Mouigni peut se vanter d’être capable de gouverner le pays. Mais en réalité il n’a pas la capacité de gérer ce pays surtout en ce moment très agité dans le monde entier. Je ne vois pas Mouigni capable de faire face aux dossiers chaux qui déchirent le monde. Aussi Mouigni a-t-il des grands défauts. Il ne respecte jamais ses engagements envers ses alliés. Et Sambi est mieux placé pour le savoir. N’est-il pas Sambi et KIKI qui ont porté Mouigni Baraka,  le douanier,  à la tête de l’Ile Autonome de Ngazidja ? Et ce n’est pas lui qui, après quelques mois de son élection, se débarrassait, sans broncher,  de ses parrains (Sambi et KIKI) afin d’avoir le champ libre pour exercer son empire ? Oui Sambi, il devrait bien connaitre Mouigni. N’est-il pas Mouigni Baraka qui, récemment, a roulé le parti Juwa, lors des élections de bureaux du Conseil de l’Ile de Ngazidja et celui de l’Assemblée Nationale ? Pour votre rappel, le parti RDC de Mouigni et le Juwa de Sambi se sont alliés pour créer la majorité au Conseil de l’Ile et à l’Assemblée Nationale. Le jeu consistait pour les Conseillers du parti Juwa de Ngazidja de soutenir Mouigni pour prendre la présidence du Conseil de l’Ile de Ngazidja et en retour les députés de RDC devraient faire autant pour placer le député Dossar du parti Juwa à la tête de l’Assemblée Nationale. Mais quand Juwa a respecté ses engagements, Mouigni Baraka fidèle à lui-même, a fait marche arrière, de façon spectaculaire,  en soutenant le régime pour placer le député de l’UPDC à la présidence de l’Assemblée Nationale. Tant de preuves pour Sambi et pour son parti de ne pas avoir confiance à Mouigni Baraka Said Soilih habitué à leur jouer des sales tours avec ses humeurs imprévisibles. Autre chose, bien qu’il soit classé 2ème, Mouigni Baraka Said Soilih est loin d’être le favori de cette présidentielle de 2016. Certes, il n’est pas mal positionné à Ngazidja surtout dans sa région d’Itsandra et celle de son Vice-président Maitre Mzimba (Badjini Ouest) mais dans au delà des autres régions et de deux Iles d’Anjouan et Moheli, Mouigni Baraka est mal barré pour remporter la manche.

Alors pour moi, et je crois que c’est aussi l’avis de beaucoup de gens avertis qui aiment ce pays, le choix le moins risqué pour Sambi est d’apporter son soutien au candidat Azali. Ce choix mettra fin à l’arrogance et  à la mauvaise gouvernance de ce régime Iki-Mamadou. Ce choix mettra fin à la souffrance dont sont victimes les comoriens. Vie chère, manque d’électricité, manque d’eau, manque de perspectives et de volonté pour développer le pays, le tableau est désolant, sombre, pessimiste. Mais pour que Sambi apporte son soutien à Azali, ce dernier et son parti CRC doivent prouver à Sambi qu’ils sont capables de pardonner. Je crois que c’est la chose qui retient Sambi de soutenir Azali. Il est vrai que Sambi a peut être réussi à ternir l’image de la CRC mais cela ne doit pas en soi être un blocage pour ces deux chefs d’Etat très animés pour le développement  du pays de se rallier afin de sauver de ce qui reste du régime Ikililou-Mamadou brillé par son  incapacités de trouver de solutions aux problèmes auxquels font face les comoriens. Ce choix sera celui de la sagesse et de l’amour pour le pays car comme disent beaucoup de comoriens Azali, par son passé à la tête de l’Etat, il a laissé des empreintes indélébiles en matière de développement socio économique. La création de l’université, les sociétés d’Etat (Comores télécom, Snpsf, et j’en passe). Il est donc le moins mauvais de ces trois pour incarner le destin des comorien pour les cinq prochaines années.

Ahmed Bacar.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*