Scandale politico-financier à la banque centrale des Comores

wpid-screenshot_2016-04-06-13-09-52-1.png

Selon le quotidien indépendant AL FAJR, daté de ce mercredi 6 avril 2016, et sous la plume incisive de son directeur général chargé de la publication Monsieur Mmadi Moindjié, une importante somme d’argent c’est à dire, des dizaines de millions de franc comoriens, destinés au président de la fondation des Comores, Hachim SAID HASSANE sont bloqués depuis un mois ( 7 mars ) à la BCC, par la seule volonté d’un seul et unique homme :

image

le mbénien et frère villageois de Mamadou, et escroc notoire dans le sport des fausses factures ( nous reviendrons sur la réhabilitation et les travaux de sécurisation de la BCC et le système de haut vol et d’enrichissement mises en place ) , le tout puissant gouverneur de la banque centrale Mze Abdou.

Selon les bruits de couloir de la BCC, c’est ce dernier en personne qui a informé Mamadou, qui lui même en informé le mollusque président Iki, et que ensemble ont pris la malheureuse décision de ne pas laisser les fonds atterrir sur le compte SNPSF de HSH.

Ce que l’on peut dire dans cette triste affaire, qui ridiculise le pouvoir en place et notre institution monétaire, c’est que ce n’est ni TRACFIN (organisme chargé de lutter contre le blanchiment, le crime organisé, la drogue et où la prostitution) , ni la banque de France qui demandent la saisie ou le blocage des fonds pour enquête, mais de la pure méchanceté villageoise.

Catalogué comme opposant et ne soutenant pas Mamadou, mais Fazul, il fallait donc à tout prix empecher Hachim SAID HASSANE d’entrer en possession de cet argent, car son frère de Boingoma en profiterait pour écraser comme on écrase une mouche la voleuse de l’opération Riyali. Qu’il est loin le temps où ce pauvre Mze Abdou de Mbeni, servait le café le matin, le déjeuner le midi et le dîner le soir au domicile du foumbounien et Vice – Président Idi Nadhoim (parent de Hachim ), pour être nommé à ce poste.

Eh oui ! nous vivons la fin des temps, où le bien se paye par le mal.

Moustoifa Ben Djanffar

2 commentaires sur Scandale politico-financier à la banque centrale des Comores

  1. Pour un pays de droit, voler est un délit voir un crime mais pour nos dirigeant c’est un devoir et honneur et que celui qui ne vole pas alors au pouvoir est marginalisé voir insulté de ne pas savoir ce qu’il veut.
    Pire, ces gens finissent dans les suffrages universelles sans qu’ils soient touchés.
    l’exemple est celui de Msaidié et Mamadou voir d’autres impliqués dans tous les scandales de ce pays et aujourd’hui dans les sommets de l’état et applaudis dans nos places publiques comme des nouveaux prophètes.

    j’hallucine, même ceux qui se sont autoproclamés défenseurs de droits, avocats sauveurs et jeunes intellectuels rejoignent cette bande de corrupteurs pour enfin finir comme eux ceux : qui plonge ce pauvre pays dans un doute quant à son présent inexistant et son avenir loin de faire rêver.

    je lance un appel à tous ceux qui aiment ce pays au sens propre du terme que le moment est venu pour une révolution, révolution sans étiquette partisane mais pour le bien être de tous et j’invite nos concitoyens de cultures arabophones des fois stigmatisés par les francophones à rentrer dans le débat pour montrer de quoi vous êtes capables pour ce pays.

    vive le peuple comorien

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*