En ce moment

Sur un baril de poudre, Azali propage des étincelles

Contribution: Pour la première fois dans l’histoire, à défaut d’observateurs internationaux, les convois d’armes inaugurales de la mouvance présidentielle. Objectif : après le hold-up électoral, la tactique c’est de scénariser l’explosion d’une bombe artisanale, quadriller pleinement les rues, accuser l’opposition de créer des émeutes, se borner à marteler que la seule voie de recours c’est de saisir la fameuse cour suprême.
La stratégie d’Azali c’est donc de bâillonner une population tristement hostile à sa dictature. A noter que si on examine la configuration politique, Maitre Mahamoud, candidat du parti de Sambi est assuré de l’emporter haut la main. Azali en a t’il la gueule à siroter sa défaite en exil politique ?

A l’aune de cette question l’on peut se remémorer non sans stupeur des pratiques KGBistes dont Azali s’en est servis pour se débarrasser des poids lourds politiques encombrants. L’on y apprend comment il a emprisonné sambi et el barwan, éliminer Mamadou et Ibrahim Soulé, usant de tout son poids pour que Fahami au-delà de l’inimaginable joue un jeu poignant de frondeur du JUWA. Aujourd’hui le putschiste récolte des armes, accueille sur notre sol des mercenaires ayant combattu au Yémen, tandis que l’Arabie saoudite s’active pour que tout soulèvement se taise dans un bain de sang.

Quand on connait que la cours suprême et la CENI fomentent un hold-up électoral, l’on se demande, parviendront-elles a étouffer la volonté du peuple de se débarrasser du dictateur Azali ? Les manœuvres prédisent que quoi que les urnes décident, Azali ne cédera pas le pouvoir. Mais combien de citoyens refuseront que cela se fasse en leurs noms ? Outre entre une opposition qui durcit le ton et une MP qui affute les armes, Azali n’en a cure de la guerre qui percute notre porte.

L’enjeu de cette bataille électorale est de taille pour l’Arabie saoudite, rival de l’Iran et du Qatar. L’équation du contexte géopolitique répond a l’empressement des saoudiens à livrer des armes en plein campagne présidentielle. Jamais ce royaume ne reculera devant rien. Il en va de même devant cette dangereuse élection givrée de sang qui attise déjà les inquiétudes de la communauté internationale.
L’union européenne s’en est indignée, dénonçant dans son rapport un décor plus que macabre tandis que la réponse de Houmed Msaidié nous livre les effets spéciaux de cette élection présidentielle qui tranche avec un air va-t-en-guerre.

Parallèlement, la démagogie en perfusion de l’opposition tique plus d’un. Quoi que les 11 candidats martèlent qu’ils ne laisseront pas Azali altérer la vérité des urnes, l’on se demande par quel moyen alors qu’ils sont eux mêmes prisonniers d’un processus électoral regorgeant plus d’amalgames que d’inconstitutionnalités. Si à chaque fois Azali arrive à confectionner des élections à son propre gout c’est qu’en face de lui il n’y a personne dotée d’une honnêteté politique. Que des élites corrompus qui affichent une cohérence à l’écran mais en coulisse chacun à son propre langage pour qu’une promesse de ministère juteux vienne chevaucher sa langue de bois.
En outre, Azali continuera à consolider son pouvoir aussi longtemps que cette coalition de façade tarde à sonner le changement.

Enfin je ne cesse de vous avertir. Certes, tous les ingrédients sont réunis pour poser les jalons d’une nation prospère. Par contre, le soulèvement populaire que l’opposition espère entraîner demeure une illusion. Le peuple ne va pas arborer une soumission aveugle à des brutes politiques qui n’ont qu’un seul objectif : accéder au pouvoir.
De quel esprit visionnaire nous vulgarise t-on cette opposition ? Osera-t-elle déclencher la rupture puis enclencher une refondation totale de la république ? On croit savoir qu’a la place d’Azali qui récolte des armes pour bâillonner le peuple, il serait judicieux pour l’opposition de récolter les aspirations et les exigences du peuple souverain dans un pacte républicain. D’où un printemps comorien

Par Cap Patrie

2 commentaires sur Sur un baril de poudre, Azali propage des étincelles

  1. cette fois-ci nous allons voir de quoi le peuple comorien est capable,va-t-il laisser Azali devenir le premier roi des comores ou pas avec toutes les conséquences qui vont avec?! ou il l’arretera le 24 mars prochain? il n’y a pas beaucoup de solutions, il suffit de voter massivement contre lui et veiller à ce que cette volonté des urnes soit respectée par Azali et ses complices car je suis convaincu qu’il ne pourra jamais à l’encontre de toute une population. un petit rappel pour nos compatriotes qui pensent voter pour Azali,il sont libres dans leur choix et c’est le sens de notre indépendance mais il faut qu’il sache une chose: voter c’est aussi assumer toutes les conséquences de ce choix,demain il sera trop tard pour regreter quand le paays sombrera plus dans le chaos et lorsqu’ils deviendront à tour de role les detestés de sa majesté LE ROI IMAM Azali car ce dernier nous a pas mal de fois prouvé qu’il n’a jamais eu d’amis,seulement des interets.heureusement que la plupart on les connait bien,on oubliera jamais ce qu’ils font à notre pays et ce sera pas facile quand ils verront les conséquences de leur choix demain de faire marche arrière et faire semblant de regretter,qu’ils se préparent pour assumer

  2. Bonjour à tous, très bon point de vue ce texte, une DICTATURE à toujours une montre en tête, je veux dire que ses heures sont comptés. Les Comores n’accepteront pas de souffrir encore un mandat de plus. Un DICTATEUR à toujours des TRAITRES autour de lui, et Azali à des TRAITRES, et il finira comme JULES CESAR ! Comment va t’il faire pour gouverner ? Pour l’opposition, elle doit resté le plus PACIFIQUE POSSIBLE, pas de sang c’est le plus important parce qu’Azali ne mérite pas le sang versé d’un Comorien, ce serai lui faire trop d’honneur. Je maintien qu’il va frauder pour les élections, mais la TRAHISON RODE AUTOUR DE LUI. Un dernier point les opposants à ce personnage de faire une vrai UNION des FORCES politique pour sauver les Comores. Encore bravo pour le texte et bon courage à tous.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*