Suspension des contractuels de la Fop : Une centaine des jeunes licenciés crient leur désespoir

Après plusieurs rencontres avec le gouvernement, l’Assemblée nationale et toutes les différentes institutions concernées par cette question, Mohamed Mradabi a déploré le fait que leurs doléances n’aient pas été prises en compte. Au total, 2662 contractuels seraient frappés par les arrêtés conjoints du ministre des Finances et celui de la Fonction publique. Rien qu’au ministère des Finances, on en compte 1200, les agents licenciés. 1080 chez l’opérateur public Comores Télécom.

 

Plus d’une centaine de jeunes frappés par l’arrêté du ministre des Finances suspendant les recrutements effectués à partir de janvier 2016, se sont retrouvés hier, mercredi 17 août, au Foyer des femmes de Moroni. Objectif : faire le bilan de trois mois de démarches et de négociations en vue de leur réintégration.

Selon le porte-parole du mouvement «Yedjawu Hata Ndi» (qu’on pourrait traduire par «comme ça jusqu’à quand»), Mohamed Mradabi, «nous avons compris que le but de notre licenciement n’avait rien à avoir avec le gonflement de la masse salariale. C’était plutôt pour revoir à la hausse les salaires de certains membres du gouvernement. Notre suspension n’est autre chose qu’un fait politique. Nous sommes victimes d’un système politico-politicien».

«Victimes d’un système politico-politicien»

Après plusieurs rencontres avec le gouvernement, l’Assemblée nationale et toutes les différentes institutions concernées par cette question, Mradabi a déploré le fait que leurs doléances n’aient pas été prises en compte.

Ils avaient ainsi décidé d’organiser une marche pacifique pour exprimer leur mécontentement. «Malheureusement, après avoir adressé nos demandes à la préfecture et à la mairie de Moroni, l’autorisation ne nous a pas été accordée», a-t-il regretté.

Ali Abdou/Alwatwan 

1 commentaire sur Suspension des contractuels de la Fop : Une centaine des jeunes licenciés crient leur désespoir

  1. mes chers compatriote vu la situation qui s’impose aux Comores oublié les amendements de tous les mauvaises sort de nos élus,c’est pas an recrutant des masse à la période politique qui peut arranger les choses au contraire,c’est une façon d’exploitation et de intérêt politique pour metre les désordre et la stabilité de notre pays. c’est la même façon de nos en tiens gouvernement qui nos a trompé et qui a planté les désordre depuis l’indépendance du pays c’est pourquoi la situation sampir tous les jours.car nous accepté de travailler sans décision qui rassure l’embauche. c’est malheureux car la gravité de cette acte ce que le biguet des fonctionnaires toi le nouveau embûches ne te concerne même pas alors comment tu vas être payé ?si vous avez des questions posées aux élus principal concernant. Ne vous laissez pas manipuler s’il vous plaît merci beaucoup de votre confiance et de votre compréhension.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*