“Tentative d’attentat” à Mwali: Le président s’informe de l’évolution de l’enquête

Le président de la République s’est informé, samedi dernier, de l’évolution de l’enquête sur l’affaire des clous déversés sur le tarmac de l’aéroport de Bandar es Salam, auprès du procureur général, Youssouf Ali Djaé, du procureur de la République de l’île de Mwali, Abasse Houtoibou et de Me Saïd Larifou, tous trois reçus à Beit-Salam. Deux des quarante-cinq personnes entendues dans le cadre de l’enquête ont été transférées à Moroni. Une “cour de sureté” va être mise en place dès la semaine prochaine en vue du jugement de cet acte qualifié par le ministère public d’”atteinte à la sureté de l’État”.

Le président de la République, Azali Assoumani, a reçu, samedi 24 février, le procureur général, Youssouf Ali Djaé, le procureur de la République de l’île de Mwali, Abasse Houtoibou et l’avocat du gouvernement, Me Saïd Larifou.

Les trois hommes ont fait part au chef de l’État de l’évolution de l’enquête sur l’affaire des clous déversés, lundi 19 février, sur le tarmac de l’aéroport de Bandar es Salam à Mwali.

Le président nous a reçu en sa qualité de chef de la magistrature. Il ne nous a donné aucune instruction ni injonction. Il nous a encouragé à poursuivre l’enquête afin de mettre au plus vite la lumière sur cette affaire, a déclaré Youssouf Ali Djaé.

L’enquête en question a débuté mardi. Quarante-cinq personnes au total ont été entendues dans le cadre de cette affaire. Deux personnes, le commandant de la tour de contrôle et un sapeur pompier, ont été arrêtées et transférées à Moroni.

Nous disposons de preuves que ces deux personnes sont impliquées, a soutenu le procureur de l’île de Mwali.

Une information a été ouverte. L’acte a été qualifié par le ministère public d’”atteinte à la sureté de l’État”. Une “cour de sureté”, seule habilitée à juger ce genre d’affaires, va donc être mise en place. Elle sera entre autres composée par un juge d’instruction, un commissaire d’État et un substitut du procureur.

Abasse Houtoibou met en garde contre toute tentative de politisation de cette affaire. “Ceci n’est pas une affaire politique. C’est une atteinte à la sureté de l’État, un crime. Toute personne qui rependra de fausses informations devra répondre de ses propos devant la justice”, prévient-il.

Le procureur général regrette que certaines personnes banalisent cette affaire. Il prévient, lui aussi, que les propos déplacés ne seront pas tolérés. “Certains ne prennent pas la mesure de cet acte. Ils disent que ce n’était que des clous, ignorant les dégâts qu’ils auraient pu provoquer. Nous ne permettrons pas que la presse, écrite ou audiovisuelle, interprète mal cet acte. Que chacun prenne ses responsabilités et évite de commenter ce qu’il ne sait pas”, martèle-t-il.

Dayar Salim Darkaoui / Alwatwan

1 commentaire sur “Tentative d’attentat” à Mwali: Le président s’informe de l’évolution de l’enquête

  1. Azali assoumani mougabe est-il un crétin ou ses conseillers sont-ils débonnaires ?

    Malgré une justice sous les souliers d’un dictateur sanguinaire azali assoumani mougabe, on ne reçoit pas les procureurs en pleine enquête politique.
    D’abord, cette affaire qui pourrait être complotée par le président lui même, aurait été confiée à un juge d’instruction afin que la lumière fût faîte.
    Mais, recevoir ces petites poires est un déni de séparation des pouvoirs. D’autant plus que le contexte politique actuelle laisse présager qu’une manigance du dictateur sanguinaire azali assoumani mougabe est possible.

    Ensuite, un président garant des institutions notamment celle de la justice se substitue aux juges du parquet. Ce schizophréne ne cesse de bafouer le principe même des institutions. Toutefois, ce qui scandalise les citoyens comoriens, c’est la présence des prétendus juges censés ignorer les avances du dictateur sanguinaire azali assoumani mougabe. Or, ces petites pommes noires auxquelles ignorent la dignité de la profession sont les responsables de toute la gabegie judiciaire qui règne dans l’archipel.

    Enfin, vous, Elarif, Ali Djae et le procureur de la république êtes responsable de toutes les corruptions auxquelles gangrènent le palais de justice de Moroni.

    Malheurs à vous qui ne regardez pas ce qui se passe ailleurs.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*