Tournante 2016 : l’heure n’est pas à la démagogie selon Mohamed DAOUDOU (KIKI)

487847_613085768718274_1476325035_nL’association France-Comores-Echanges (FCE) a accueilli avec regret et étonnement la déclaration du journaliste HAKIM ALI SAID annonçant son intention de se présenter à la présidentielle de l’Union des Comores en 2016. Elle condamne cette façon d’agir qui risque de biaiser le débat sur le retour de la question de l’île comorienne de Mayotte et saper les efforts de rapprochements des îles engagés par nos deux pays. La déclaration de notre frère est de nature à déstabiliser les relations franco-comoriennes.

Il faut trouver une solution aux drames humains dans la traversée entre Anjouan et Mayotte et œuvrer en faveur du rapprochement entre les îles. La question des drames humains a pris une place de choix dans la rencontre entre le président comorien et son homologue français lors du dernier sommet de la Francophonie en RDC. Et que «François Hollande, s’est montré très sensible par rapport aux pertes humaines enregistrées quotidiennement dans le bras de mer entre Anjouan et Mayotte et qu’à la demande du président Ikililou Dhoinine, le président français a promis d’engager des actions concrètes allant dans le sens de l’apaisement de cette situation» avec à la clé «une nouvelle approche» qui serait en gestation entre les deux pays pour faire un barrage à ce phénomène».

L’heure n’est pas donc à la démagogie et à l’illusion. L’opinion publique attendait des réponses franches à des questions sans nuance. Le journaliste HAKIM ALI SAID ferait donc mieux d’encourager cette démarche engagée par nos deux pays respectifs et d’agir pour mettre fin à ces traversés de la mort. L’association France-Comores-Echanges souhaiterait voire que la libre circulation des personnes et des biens entre les quatre îles soit une réalité.

Certes, nous avons un archipel de 4 îles. Cela a été reconnu et affirmé par la communauté internationale. Et nous avons une constitution qui donne l’obligation à chacune des îles de présider aux destinées du pays. Mais la situation actuelle à Mayotte ne permet pas aux autorités comoriennes d’organiser des primaires à Mayotte, comme le prévoit la loi constitutions, à cause du différend qui existe depuis des décennies entre les Comores et la France. Car la situation qui empêche Mayotte de rejoindre effectivement l’Union des Comores n’a pas pris fin pour que les dispositions de l’article 44 de la loi référendaire du 17 mai 2009 qui a amendé la constitution de l’Union des Comores adoptée en décembre 2001 soit appliquées et respectées à la lettre. L’administration comorienne doit d’abord avoir un pied à Mayotte car une élection est avant tout un acte intrinsèquement lié à la souveraineté d’un Etat.

Et pour mettre fin à cette situation, le dialogue tripartite est la seule issue. Rien que le dialogue. C’est pourquoi France-Comores-Echanges encourage les efforts de nos deux gouvernements et soutiendra toute action de nature à rapprocher les quatre îles de l’archipel des Comores. Et pour ceux qui prétendent que la Présidence de l’Union, l’Assemblée de l’Union et la Cour Constitutionnelle doivent trouver une parade à travers des lois organiques spécifiques, ils doivent se rappeler que la vérité historique est que «Mayotte a rejoint la France par le traité du 25 avril 1841. Depuis lors, elle a toujours affirmé sa volonté de demeurer française c’est la raison pour laquelle le dialogue tripartite est indispensable compte tenu du choix de la majorité des Mahorais».

L’Association France-Comores-Echanges demande à tous les Comoriens et aux personnes épris de paix à ne pas tenir compte de l’annonce du journaliste HAKIM ALI SAID car la tournante doit être préservée et qu’elle revient à l’île de Ngazidja en 2016. France-Comores-Echanges qui œuvre pour l’amitié entre le peuple français et le peuple comorien fait également appel à tous les Comoriens de soutenir l’action de SE le Docteur IKILILOU DHOININE sur la question de Mayotte.

Le président de l’Association France-Comores-Echanges
Mohamed DAOUDOU (KIKI)Mohamed DAOUDOU (KIKI)

3 commentaires sur Tournante 2016 : l’heure n’est pas à la démagogie selon Mohamed DAOUDOU (KIKI)

  1. voilà l’intégralité de la réponse faite par le pion de la secrétaire de l’ambassade de France pour véhiculer la pensée de la France sur la question de Mayotte

  2. degager avec votre association
    les comores sont independants depuis 1975 et cette independance est totale selon la loi comorien et la loi internationale. il reste que la france a toujours occupe l`ile de mayotte.comment comprendre qu`une partie d`un pays devient independent et l`autre partie ne le devien pas?
    alors laisser vos discours et quitter notre territoire vous francais car c`est vous les clendestins

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*