En ce moment

[Tribune] Conférence des bailleurs: le rocher de Sisyphe

La référence à une prochaine conférence des bailleurs de fonds à Paris dans l’allocation du Chef de l’Etat à Dar es Salam démontre selon les propagandistes et zélateurs du régime toute la détermination qui anime le pouvoir pour faire de ce rendez-vous l’acte de baptême de l’émergence à l’horizon 2030. Pour le Ministre des Finances, c’est d’autant plus indiscutable vu que cette conférence sera sous le haut patronage du Président Macron ( pourquoi pas Dieu le Père).

Je voudrais rappeler à nos honorables que le pays n’est pas à sa première conférence des bailleurs. Celle de 2005 à Maurice a été même annoncée à la Tribune des Nations unies. Et lorsque l’on réagit comme je viens de le faire, ces mêmes zélateurs s’empressent de crier au scandale, de vilipender cette opposition  » sans programme et avide du pouvoir pour le pouvoir « . Mais voyons ! Qui est avide du pouvoir pour le pouvoir ? Ceux qui en ont été frustrés par voie de hold-up électoraux ou plutôt ceux qui l’ont usurpé ?

Quant à la question du programme, c’est une autre paire de manches. Quelle arrogance que de prétendre nous vendre une émergence sans une vision stratégique en matière d’agriculture, d’élevage et de pêche, en matière d’énergie, en matière d’environnement des affaires, en matière d’évaluation quantifiée en personnels qualifiés etc… Ça s’appelle vendre de la camelote.

 » Mais la réfection des routes, est-ce de la camelote ? « . Certainement non. Mais c’est au petit bonheur la chance. Et ça, c’est à la porté de tout le monde.

Mais en réalité ces zélateurs vivent un drame psychologique: leur entendement se rebelle contre eux-mêmes. Cette pratique mémorielle consistant à répéter à tout vent émergence, émergence, est destinée davantage à convaincre leur propre entendement qu’à nous convaincre. Dramatique, n’est ce pas ? Ils auront beau multiplier les conférences des bailleurs, tant que les facteurs internes rassemblés autour de la justice, de la démocratie et de l’Etat de droit ne sont pas au rendez-vous, ils subiront le châtiment de Sisyphe. Espérer nous voir atteints du syndrome de Stockholm est un vœu pieux, Dieu merci. Le combat contre les fraudes électorales et pour la justice, la démocratie et l’Etat de droit ne s’arrêtera pas malgré la répression et autres intimidations. Inchallah un jour pas lointain, nous allons pouvoir entonner cette célèbre rhétorique coranique  » hadhihi bilwa antuna, rudati ilayina « .

Par Aboudou Soefo

2 commentaires sur [Tribune] Conférence des bailleurs: le rocher de Sisyphe

  1. Très bon article cher professeur. Malheureusement, dans notre pays rares sont ceux qui s’intéressent à ce type de réflexion profonde et sérieuse. L’essentiel de ceux qui habitent le pays affichent une indifférence surprenante. Ce qui fait la force de ce régime insupportable.
    Pour moi, j’étais très surpris durant mes vacances à Moroni cet été de constater l’indifférence absolue qui caracterise nos compatriotes devant les dérives du régime. C’est là où j’ai compris que j’appartiens à un drôle de pays où on peut t’humilier, te faire subir toutes les atrocités du monde sans que cela provoque la moindre réaction digne. Par conséquent, s’il y a un défi à relever c’est celui d’apprendre à ce peuple à avoir une dignité, une force de caractère, de l’amour pour la patrie. Ce sans quoi,aucune lutte ne peut aboutir.
    Cher professeur, reprend ton bâton de pèlerin pour mener avec d’autres cette immense oeuvre. J’y contribuerai moi aussi à mon faible niveau. Mais ce qui est certain c’est que le régime s’engouffre dans faille pour asseoir durablement son règne. Mais je garde aussi moi cette espérance de la grandeur d’un peuple capable de toutes les prouesses dès lors que s’affirment l’attachement à la patrie, le courage et la sincérité dans no6s engagements .

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*