Tromelin, Mayotte… la France ne veut rien céder !

C’est un petit un îlot de l’océan Indien, 1,5 km de longueur sur 0,7 km de largeur, dépourvue d’eau potable et balayée par des alizés qui rendent toute culture impossible qui a  provoqué ces dernières semaines des remous dans la classe politique française. Cette île Tromelin, possession française au large de Madagascar, est âprement revendiquée par la République de Maurice.

 

Car c’est surtout l’espace autour de l’île qui intéresse les deux Etats. L’îlot permet de revendiquer le contrôle de 280 000 km² de zone économique exclusive (ZEE), ce qui fait de la France l’Etat contrôlant le plus vaste espace maritime au monde avec, au total, 11,7 millions de kilomètres carrés de ZEE.

 

La République de Maurice estime que ce contrôle lui revient de droit et accorde déjà des permis de pêche dans les eaux entourant Tromelin à des bateaux asiatiques. En 2010, un accord a été signé entre la France et l’île Maurice pour assurer une « cogestion économique, scientifique et environnementale relative à l’île Tromelin et à ses espaces maritimes environnants ».

 

Bien que signé, l’accord ne peut pas entrer en vigueur sans accord de l’Assemblée nationale, qui rechigne à le valider. Déjà refusé en 2013, le texte devait être à nouveau débattu dans l’hémicycle le 18 janvier 2017. La séance a finalement été reportée encore une fois. Plusieurs députés sont dressés contre un projet de loi qui créerait « un dangereux précédent », selon le député centriste du Tarn Philippe Folliot (UDI). Le député centriste estime que cette cogestion pourrait servir « de fondement pour justifier, légitimer et accroître les revendications de Madagascar sur les îles Eparses, du Mexique sur la Passion – Clipperton voire, à terme, de l’Afrique du Sud ou de l’Australie sur les Terres australes… ».

 

Cette histoire de l’ilot de Tromelin, démontre les difficultés des Comores à négocier avec la France sur la question de la souveraineté de l’ile de Mayotte.  Cette question de Mayotte, est surtout une question de terre, d’espace, de mer, de richesses naturelles et de géostratégie dans la zone économique exclusive pour la France. Avec l’amputation de Mayotte par la France, les Comores ont perdu une grande partie de sa Zone économique exclusive (ZEE) et le contrôle des éventuelles et probables richesses.

 

 

Le report par l’Assemblée nationale française de la validation de l’ accord  de 2010, signé entre la France et l’île Maurice pour assurer une « cogestion économique, scientifique et environnementale relative à l’île Tromelin et à ses espaces maritimes environnants » est un message adressé à tous les Etats qui revendiquent la restitution par la France des territoires qu’ elle contrôle et occupe y compris Mayotte.

 

mayotte

 

Mais, la défense de l’intégrité territoriale de notre pays est un combat sacré, difficile et de longue haleine qui doit être perpétué de génération en génération. Les Comoriens ne devront rien lâcher, même si la France ne veut rien céder.  Le droit est avec nous et il trimphera sans nul doute un jour.

 

 

Avec le concours d’ un article du monde.fr

Comores droit

2 commentaires sur Tromelin, Mayotte… la France ne veut rien céder !

  1. vous rêvez que les mahorais abandonneraient le rsa français
    si la france refuse de céder mayotte aux comoriens, elle le
    pour vous les mahorais en cas de demande de divorce car elle vous aura nourri, beaucoup nourri jusqu’à ce que vous n’avez
    plus faim…..

  2. « Un jour sans doute on triomphera « .
    Quel beau rêve, quelle belle espoir .
    Cela arrivera sans doute , si le jour ou les Comoriens sauront » qu’il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs » .
    « Sortez d’ abord de la corruption,donnez au peuple des 3 autres iles des moyens décent pour vivre , les plus élémentaires Eau potable, électricité, santé, éducation et du travail pour les jeunes , enfin des conditions les permettant de se sentir bien chez eux et les stabiliser enfin qu’ils oublient les Kwassa, et ne mettrons plus leur vie en péril par  » OBLIGATION » . Dans ce cas il y aura 1% de chance que les Mahorais pourraient envisager (dans le conditionnelle ) de vous rejoindre en dégageant eux même la France . C’est aussi simple que ça, pas besoin de diplomatie ni résolution internationale qui resteront nuls et non avenu pour le peuple Mahorais

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*