Tronçon Hahaya-Galawa : Début des travaux le “1er octobre” prochain

Selon le directeur des travaux routiers, Mohamed Soilih, suivant les ordres de service du contrat, la société Sgc a promis de lancer les travaux de réhabilitation à partir du 1er octobre prochain. Quant à la durée d’exécution, il a fait savoir qu’au niveau de Ngazidja, il est question de quatorze mois et de seize mois pour Ndzuani.
Effectivement, les drapeaux qui flottent entre l’Aéroport international Moroni prince Saïd Ibrahim (Aimpsi) et le village de Domwambwani annoncent le début des travaux de réhabilitation de la route Hahaya-Galawa”, a fait savoir le directeur des travaux routiers, Mohamed Soilih.

Cela fait maintenant une semaine que les passagers de la Rn1 voient flotter des drapeaux d’écriture chinoise sur l’axe Hahaya-Mitsamihuli sans trop savoir ce que va être la suite.

Après l’implantation des drapeaux, un espace de près de 50 m² a été  terrassé et certains engins y sont installé.
Malgré cela, les nordistes demeurent sceptiques à cause des dates de démarrage des travaux précédemment annoncées. Le directeur des travaux routiers a ainsi affirmé qu’il s’agit des préalables au lancement des travaux de réhabilitation dudit tronçon et celui de Dindri-Lingoni à Ndzuani financés par le Fonds saoudien de développement (Fsd) à hauteur de 11 milliards de francs.
 

    Le tronçon de Ndzuani est de l’ordre de plus de cinq milliards de francs et celui de Ngazidja plus de quatre milliards. Nous sommes  en phase d’installation du chantier, 
 
s’est-il expliqué avant d’ajouter que la société chinoise est en train de terrasser les lieux octroyés pour pouvoir installer ses engins.
Un peu plus d’un an de travaux
Selon Mohamed Soilih, suivant les ordres de services du contrat, la société Sgc a promis de lancer les travaux de réhabilitation à partir du 1er octobre prochain. Quant à la durée d’exécution, il a fait savoir qu’au niveau de Ngazidja, il est question de quatorze mois alors que Ndzuani aura besoin de deux mois de plus
 
    parce que l’entreprise chinoise va tracer une nouvelle route, ce qui va nécessiter des terrassements. 

Au sujet de la qualité des travaux, le patron des travaux routiers a fait savoir qu’il est question cette fois-ci d’une route enrobée de 5.5 à 6 mètres de largeur “bien qu’il y ait d’autres de 7 mètres financées par d’autres bailleurs”.
Fer
Des trottoirs, balises et glissières de sécurité sont prévus dans les travaux. Serait-il possible d’obtenir une route de six mètres vu les maisons qui se situent près de la route? Une question que le directeur des routes s’abstient de répondre.
Toutefois, il insiste sur le fait que le gouvernement, les communes et la population comorienne doivent être impliqués là-dessus pour mener le projet de réhabilitation à bon port.
Quant aux recommandations reformulées lors du dernier conseil des ministres sur le fonds d’entretien routier (Fer) pour la réhabilitation de certaines routes de la capitale dont l’état commence à se dégrader, Mohamed Soilih a tenu à préciser qu’il s’agit d’un fonds destinés aux nids de poules alors que l’état actuel des routes exige toute une réhabilitation.
“L’entretien courant se fait difficilement parce qu’au lieu de renfermer des nids de poules, nous sommes obligés de réhabiliter une grande partie. Ce qui demande beaucoup de financement.
Tel est le cas du tronçon Mde-Moroni. De même pour les travaux de la route Moroni-Hahaya à Ngazidja et Wani-Bambao à Ndzuani”, a-t-il expliqué. Raison pour laquelle, poursuit-il, le Fer a du mal à mener à bien sa mission. Cependant, “le Fonds d’entretien routier est sur le point d’intervenir sur la route Yako-Nvuni”.

Nazir Nazi/Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*