Un calvaire au port de Mutsamudu, abus de pouvoir légalisé

portL’autorité portuaire de Mutsamudu, sous le patronage de Miftahou Hadhura a averti le personnel que deux mois de salaire ne seront pas versés, car on veut acheter un remorqueur d’occasion. La masse salariale de la boite qui frôle à la trentaine de millions serait utilisée pour ces fins, si l’Etat n’offre pas une autre alternative.

Remorqueur très vétuste, qui serait âgé de plus deux décennies, devient la vieille dame du port, à cause d’un manque d’entretien. Les employés de la boite sont avertis, depuis quelques jours et le courant ne passe plus entre les grosses pointures de l’institution.

« C’est un coup de théâtre doublée d’une improvisation administrative. Jamais, on ne va accepter, le salaire c’est la contre partie d’un travail. Acheter ou mendier, n’est pas nos oignons. Si cette décision reste ferme, le port sera paralysé, les autorités doivent prendre leur responsabilité » prévient un agent de l’APC Anjouan, sous couvert d’anonymat.

La sonnette d’alarme est tirée par le patron de la boite pour l’intérêt général selon lui. Et il a poursuivi que « c’est bien vrai, on a averti déjà le personnel. Cette décision de bloquer deux mois de salaires des agents de mon institution, serait la dernière solution. Mais j’ai confiance en mes supérieurs, ils trouveront une solution. Dans le cas échéant, on n’aura pas le choix, les deux mois seront virés pour l’achat du remorqueur ».

Notons que cet établissement public emploie actuellement plus de trois cents agents. Et c’est après l’entrée en fonction de Miftahou Hadhura, que l’effectif est devenu pléthorique, suite à des nominations électoralistes.

Nabil Jaffar HZK

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*