En ce moment

Une coquille vide à la tête du ministère des finances

Tribune: De tous les gouvernements passés aux Comores, on s’est toujours contenté de critiquer le président, celui qui est au sommet mais force est de constater que cette faillite de l’État, ce manque d’ambitions de l’État, ce vide de projet, cette audace de promesse de campagne qui disparaît c’est lié à une seule personne, en l’occurrence le ministre des Finances et de l’économie.
Ce ministère a connu beaucoup de tête mais nul n’a essayé de lancer un chantier de redressement, mais une fois aux manettes, le souci devient unique, assurer la régularité des salaires des fonctionnaires.
Le comble , celui qui arrive à payer 6 mois consécutifs les salaires, réclame respect, prend la grosse tête, bombe son tors et croie dur comme fer qu’il fait des miracles.
Et oui si le Président Azali Assoumani est sérieux sur son projet d’émergence d’ici 2030, il doit impérativement se séparer de son ministre de finances incompétent, qui ne sait pas lire un tableau d’amortissement, qui ignore ce que veut dire, don, prêt, emprunt et fond propre, et celui de l’économie dont sa seule force est sa pique verbale.
Loin de moi l’idée de tirer sur qui que ce soit, mais le président connaît la personne qui mérite ce poste, il est compétent, ambitieux, audacieux, il ose prendre des risques et le plus important il est fidèle à lui. Il n’a jamais fait la grosse tête.

En effet, il est inconcevable que notre super ministre des finances soit incompétent à tel point qu’il ignore les bases de la conception d’une loi de finances, le budget de l’État. Pour paraître plus concret, le budget comorien tournait autour de 60 milliards, et une fois ministre, pour se montrer plus audacieux, il a donné le chiffre de 100 milliards, sans pour autant évoquer de la provenance des 40 milliards.
Par ailleurs, il faut noter que ce ministre ignore totalement l’administration à tel point qu’il se permet de convoquer les directeurs généraux des sociétés d’État, alors qu’il n’est nullement le ministre tutelle d’aucune société d’État, dans son bureau pour les menacer afin de traire ces sociétés. Mr le ministre, convoquer les agents comptables dont tu as nommé, car ce sont eux tes yeux dans les sociétés.
Pour finir, noter que les crises que traversent toutes les sociétés d’État sans exception sont le résultat de la mauvaise gestion préconisée par le ministre de finance, qui ne fait que les saigner, et maintenant, il s’est orienté vers les opérateurs économiques, Mr le président l’heure est grave, les temps sont durs, mais l’émergence est possible, avec un ministre de finance fort, ayant un esprit créatif.

Mahamoud Assoumani

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*