Une escalade de plus dans la violation de la Loi Fondamentale

Le comportement des Caciques politiciens de notre pays qui se sont à tour de rôle, succédés au Pouvoir depuis 2002,année de l’adoption de la nouvelle Constitution, résultante de la crise séparatiste, qui nous impose la tournante, pose à mes yeux et pour le moins que l’on puisse dire un problème de déontologie, grave pour ne pas le souligner, car avant toute décision, notamment de parler d’élections présidentielles pour 2016, une étape essentielle doirt être respectée conforméraportment à l’art 18 de la constitution de l’Union des Comores, qui stipule: Art.18 Le Président de l’Union établit un rapport annuel sur l’état de l’Union a l’intention de l’Assemblée de l’Union, de la Cour Constitutionnelle ainsi que des Assemblées et des Exécutifs des Iles » indiquie une recommendation claire et précise dont semble-t-il la classe politique dans son ensemble, s’est mise d’accord, pour contourner, voir ignorer, brulant ainsi délibéramment, une étape capitale, dans le respect et l’application stricte de la Loi fondamentale de notre Pays.

image

Les rapporteurs de cette Constitution ont sciemment indiqués d’une manière obligatoire, que ce rapport et constatations de la gouvernance soient effectuées en toute transparence envers la population, pour répondre à la question suivante: êtes-vous satisfaits de la Tournante? procéder à un audit des finances publiques et un rapport détaillé des dépenses et recettes effectuées par les trois Gouvernements: AZALI, SAMBI et IKILILOU.

La situation actuelle aux Comores. Une dérive morale et mafieuse de tous les « ténors « de la politique en Union des Comores, puis pour accommoder la conscience très légère de ces mêmes politiciens, une dérive dictatoriale parsemée avec finesse sur des évènements de mécontentement de la population, de jeunes étudiants, de témoins d’abus de pouvoir et d’enrichissement personnel sur des opérations de l’Etat, des militaires qui s’introduisent en chaussures et armés dans une mosquée et n’hésitent pas à dire tout haut si vous continuez on vous tue tous!.et au-dessus de tout cela , comme si tout était normal, la musique des candidats à la Présidence, et quelle brochette! Tous les prédateurs de notre beau Pays.

C’est à ce moment que nous avons commencé à concevoir le Parti LE FRONT PATRIOTIQUE SOIHILISTE pour que les Comores aient une alternative dans un proche avenir. Ainsi, la descente aux enfers de mon pays qu’on observe aujourd’hui, nous avons décidé avec l’aide de la population d’y mettre un terme! Imaginez un Pays qui élit un nouveau Président de la République, les caisses vides, les salaires non payés, les universités en grèves, le chômage qui se généralise, la faillite des entreprises publiques et un gouvernement dépassé qui ne dit rien et qui au contraire confie la suite des évènements à des politiciens forts connus pour leur façon d’agir avec les fonds publics et des moeurs légères!
Notre position est celle que nous dicte la loi fondamentale ainsi que les Accords de paix et de réconciliation de Fomboni qui stipulent, que la confiance n’exclue pas le contrôle, aussi nous demandons officiellement qu’au lieu d’aller immédiatement aux élections, une période transitoire soit mise en place pour effectuer dans la transparence un audit général sur les gouvernances des trois anciens Présidents de l’Union des Comores et ce sous le contrôle de la population et d’un Organisme international choisit par L’UNION AFRICAINE, grande témoin de ces accords de Fomboni..

Le peuple Comorien a faim aussi au sens premier du terme.Les gens ne mangent à peine qu’une fois par jour. C’est pourquoi nous entendons déclarer la guerre à la famine. Nous allons nous permettre de rrépêter ce qu’a dit Amina HASSANALY: » ils veulent nous faire retourner à l’âge de pierre, comment nos dirigeants peuvent parler d’économies, dans un Pays plongé dans l’obscurité?……nous sommes devenus une Nation de citoyens munis de bidons pour aller chercher l’eau, les routes abimées ….nous sommes là pour que nos dirigeants sortent de leur sommeil, nous voulons les empêcher de dormir comme nous ne dormons pas,c’est une alerte, c’est le début d’une lutte qui ne s’arrêtera pas tant qu’il n’y aura pas de changement. C’est le.premier jour d’une longue lutte à venir…..l’hôpital est fermé sans que cela émeuve grand – monde. … Sans que cela émeuve le pouvoir en place…. »
Les habitants de la capitale ont subi les intimidations, les menaces à visage découvert d’un officier de la Gendarmerie Nationale. Ils ont été avertis : ils auront difficilement accès aux mosquées pour les prières de Al fadjr et subiront les pires des tortures les contraignant à se faire traiter à Madagascar ou en Tanzanie, si jamais « les jeunes récidivent à jeter les pierres sur les routes »!!!

La démocratie se trouve là bafouée, la population est prise constamment en otâge, ce que ne ne pouvons accepter et encore moins cautionner.Tous ceux que vous entendrez venir se plaindre de ce report d’élections seront très souvent ceux qui par calcul souhaitent pouvoir continuer leurs magouilles.Les Comoriens sont fatigués ; il est tant de restaurer une gouvernance normale! Nous n’avons fait que mourir, il est temps de vivre ! Et si nous vivons, nous pourrons nous développer.
Nous lançons encore un appel vibrant à toute la Jeunesse et aux Femmes pour qu’elles voient la question Comorienne comme leur propre question.
Nous le répètons la seule solution est la suspension pour un temps de cette mascarade électorale, afin de commencer un dialogue inter-comorien visant à mettre en place des conditions favorables aux élections libres et transparentes.

Nous demandons à tous les Partis politiques, Associations, organismes syndicalistes, mouvements de jeunesse, de se remobiliser, pour des actions pratiques pour faire plier le gouvernement et ordonner cet arrêt provisoire réglementaire.
Nous demandons officiellement à La Communauté Internationale d’attendre avant tout financement que cette transition obligatoire qui pourra aussi bien informer la population et les Bailleurs de fonds, de la vraie situation des finances publiques et connaîtrent les investissements pour le bon fonctionnement de l’Etat et du Pays.
 
 
KAMAL ABDALLAH
Vice-Président du Front Patriotique Soihiliste
Porte-Parole International

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*