En ce moment

Une évacuation sanitaire à l’allure d’une déportation

Tribune: Le 03 novembre j’ai titré ‘’ l’exile de Sambi se précise’’. Deux mois après, encore à l’accoutumé, les événements n’ont pas manquées de me donner raison. En effet, le ministre amine Soeuf l’a bien dit : le départ imminent de Sambi se précise. Que dire des rumeurs enflant le dilemme entre la chine, la Russie ou la Tanzanie ? A tous les égards, dans les chaumières des pros Azali, la nouvelle est paralysante. L’hypothétique retour de Sambi sur la scène politique est synonyme de perte de leurs intérêts aux abysses increvables. Comment cette évacuation sanitaire leur semble être une mèche dans un baril de poudre ?

Au cœur du débat, l’on a toutes les raisons de croire que le dictateur Gozibi ne laisserait pas Sambi partir se soigner à moins de s’assurer qu’il ne puisse plus s’en sortir. Que le pouvoiriste Azali abdique son égocentrisme indissoluble, j’aimerais autant me tromper mais il est fort probable que Sambi serait en phase terminale. De toutes les pertinences, ce serait un crime odieux. Or faute de quoi, vautours et charognards politiques n’auront jamais d’équations difficiles à résoudre que d’avoir Sambi comme valeur absolu. Vous le flattez, il t’enchaine en captivité. Vous lui tournez le dos, le peuple t’écrase comme un malpropre, le dira t-on. C’est incommode mais vous comprenez d’où vient la motivation d’azali d’ouvrir son start-up de GOZIBIsation dénommé CRC.

En toute franchise, la peur change de camp dès que tous ceux qui se repaissent du sang de Sambi sont mis au pilori, sachant pertinemment qu’ils vont le dégurgiter en rivière de larmes. A commencer par Houmed Msaidié qui, après voir été invité à s’exprimer sur Comores infos, s’est manifestement présenté aux urgences pour se pendre la fameuse couche à l’effigie d’Azali. Et pour cause? Une fois que Sambi ne serait plus séquestré aux arrêts, Msaidié n’aura pas de quoi soigner ses vibrations annales hémorroïdaires. Pris dans la tourmente, normal qu’il pète les plombs. Faut-il y voir qu’il a beau avoir suffisamment essayé de transformer le domicile de Sambi en une sépulture. Parviendra t-il ?

De toute évidence, parmi les destinations indiquées par les micros trottoirs, il est étonnant qu’on n’ait pas cités l’Egypte du maréchal Al-Sissi et le Maroc du roi Mohamed VI. L’ouverture en cascade du consul des Comores à Laayoune s’apparente à une orgie où notre diplomatie fut prostituée. La déportation de Sambi serait-il la monnaie d’échange ? Dans l’éventualité où il serait convoyé vers le Maroc, le dictateur veille au grain pour que la situation soit toujours sous contrôle.

Faut-il se le dire, entre la chine et la Russie, le diable se cache dans les détails. C’est une parodie d’évacuation sanitaire qui a fortiori s’apparente à un meurtre par procuration. Pourquoi Sambi ne choisit-il pas lui-même la destination de son choix ? Autant se faire, ce n’est pas les moyens qui feraient défaut.

En outre, entre la chine et la Russie le dictateur pourrait bien opter sur la première, symptomatique de tous les abus. Tandis que Sambi choisirait la Russie en prévision d’une collusion avec l’Iran pour le délivrer de cette prise d’otage politique.

Enfin dans les jours qui suivront la déportation de Sambi il faudrait s’attendre à ce que la diaspora change de stratégie. Elle va camper devant l’ambassade à paris du pays qui lui recevrait dans l’objectif d’exiger sa libération. Cependant au sein de l’opposition une question pertinente s’impose. Ceux qui profitent de l’emprisonnement de Sambi pour pouvoir surfer la vague vont il signer l’armistice et enfin se ranger derrière lui ou vont-il continuer à semer la zizanie qui faiblit la mobilisation ?

Encore une question étourdissante. Sambi est populaire et il en a payé à ses dépens. Va-t-il encore être entourés par les mêmes conseillers qui dans ses nuits horribles, l’ont griffés par leurs silences assourdissantes ? Bref, je trépigne d’impatience d’écouter son premier discours en dire long s’il a tiré les leçons de ses erreurs.

Par Cap Patrie

1 commentaire sur Une évacuation sanitaire à l’allure d’une déportation

  1. Mon chers amis CAP PATRIE, tous ce que le Colonel AZALI avait COMMU devant l’ ex- président AHMED ABDALLAH SAMBI LE Colonel payera tres cher sur le peuple Comorien, parceque c’est tres lamentables , il reste une grande HISTOIRE entre nous les Comoriens, mais notre Ex-Président SAMBI, c’est son partisan parti JUWA qui a vendu son ame devant le DIABLE

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*