Une marche contre la candidature de SAMBI à Anjouan, la bêtise de trop

wpid-screenshot_2015-11-25-04-56-30-1.png

Selon des sources concordantes et dignes de foi, le Gouverneur d’Anjouan organiserait, avec l’appui de la coordination de l’Union à Ndzouani, une marche contre la candidature de SAMBI. Jusqu’à là, c’est de bonne guerre des frères ennemis, tous assoiffés de pouvoir pour le pouvoir.

image

Mais, il est inacceptable que des fonctionnaires de l’Etat et des responsables de services soient menacés de licenciement s’ils ne prennent pas part au défilé de BOKOHARAM contre l’Etat islamique. Car c’est bien cela qu’il s’agit. Il ne faut pas accepter une telle bassesse qu’il convient de dénoncer et combattre.

La Cour Constitutionnelle ou l’institution qu’on dit être une Cour Constitutionnelle se prononcera pour ou contre les candidatures, les campagnes donneront l’occasion aux uns de s’opposer sur un terrain « démocratique » des autres. Pourquoi cette frénésie maladives à vouloir anticiper si ce n’est un bordel organisé visant à légitimer des répressions sauvages et des règlements de compte politiciens?

J’attire l’attention de Monsieur le Gouverneur et des représentants de l’Union à Ndzouani sur leur lourde responsabilité dans toute dérive, mettant en danger la fragile situation d’une population qui s’estime n’avoir rien à perdre et prête à échanger leur vie pour gagner Mayotte à la nage.

J’appelle la communauté internationale, à travers les chancelleries et organisations internationales accréditées aux Comores, de vivement, réagir contre des telles récidives mettant à nouveau en danger l’unité nationale et l’intégrité territoriale pour des vils intérêts personnels.

J’appelle les fonctionnaires et autres serviteurs de l’Etat et de l’exécutif d’Anjouan à dénoncer ces agissements obscurantistes et d’engager la désobéissance civique pour protester contre l’appauvrissement des pauvres (98% de la population) et l’enrichissement astronomique des proches du Gouverneur en un temps record.

Si les morts subites, les incurables maladies souvent inexpliquées ne les forcent pas à prendre conscience, le peuple dira son dernier mot: Assez!

Ben Ali

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*