Validation du Plan de stratégie nationale contre le sida

Atelier_SidaSanté. Plus de 2,6 milliards de francs. Telle est l’enveloppe qui doit être mobilisée pour la mise en œuvre du plan de stratégie nationale contre le Sida. Au-delà de la contribution nationale, l’Etat comorien compte sur l’appui de l’Onusida, de l’Oms, de l’Unfpa, mais aussi sur la coopération bilatérale (France, Etats Unis,..).

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Le plan de stratégie nationale de lutte contre le Sida a été adopté à l’issue d’une réunion qui s’est tenue à Moroni sous la présidence du Dr Said Anli Aboubacar, directeur général de la santé, et qui avait regroupé des responsables de la société civile et des représentants des partenaires internationaux intervenant dans le secteur de la santé. Il faut dire que l’Organisation mondiale de la santé (Oms) avait mis à la disposition de la direction de lutte contre le Sida un consultant international en la personne du Dr Ndoye, qui a contribué pendant un mois à l’élaboration de ce plan de stratégie nationale.

Plus de 2,6 milliards de francs. Telle est l’enveloppe qui doit être mobilisée pour la mise en œuvre de ce plan. Au-delà de la contribution nationale, l’Etat comorien compte sur l’appui de l’Onusida, de l’Oms, de l’Unfpa, mais aussi sur la coopération bilatérale (France, Etats Unis,..).

Ce plan de stratégie nationale de lutte contre le sida va couvrir la période 2015-2019 et servira, selon le directeur général de la santé, de document de référence pour toute action ou intervention dans le domaine durant ces cinq ans. Toutes les ressources doivent être mises à contribution pour la réussite de ce plan en vue d’atteindre l’objectif mondial de l’élimination du sida dans le monde dans les trente ans à venir.

Selon Dr Said Anli Aboubacar, il faut faire en sorte qu’il n’y ait plus de nouveaux cas de personnes séropositives du Vih-Sida, que les personnes infectées du virus reçoivent le traitement approprié et n’en meurent plus et que les personnes vivant avec le virus ne soient plus discriminées.

Il a enfin salué le travail du consultant et de la direction de lutte contre le Sida qui a été adopté avec les réserves habituelles.

Mohamed Nassur Riziki / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*