Vidéo: Vers la construction d’un nouveau port de Mohéli dans 6 mois

Construction_du_port_de_Mwali

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Infrastructures. Selon les prévisions, le port de Mwali, une fois opérationnel, va employer 5.000 personnes, dont 3.000 emplois directs et 2.000 dans des activités annexes.

La ministre des Transports, Bahia Massoundi, et le vice-président de la société China communication construction compagnie (Cccc), Zhang Baozheng, ont procédé hier, mardi 10 mars, à la signature de la convention relative à la construction du port de Mwali.

Cccc est la deuxième société d’Etat chinoise ; elle va exécuter non seulement le port de Mwali, mais s’occupera également du développement de l’île et des Comores dans plusieurs secteurs. Sur l’île de Djumbe Fatima, il s’agira de construire un port multi-complexe qui englobera la construction d’une usine de transformation et de conservation de poissons et un laboratoire de contrôle des poissons à exporter. «Les bateaux de pêche ne viennent pas aux Comores pour se ravitailler, ils vont plutôt ailleurs. Mais une fois le port de Mwali opérationnel, ils viendront se ravitailler ici en carburant, eau et nourriture. Donc, ce sont des emplois qui seront crées», a déclaré Mahmoud Aboud, ambassadeur des Comores en Chine.

Le montant total du projet est estimé à 149 millions de dollars, dont 85% proviendront d’un prêt d’Exim-Bank/Chine et 15% de la société Cccc. Les travaux débuteront le mois d’août et vont durer deux ans pour la première phase. «Nous avons préparé un mémorandum sur les Comores pour inciter les investisseurs à venir aux Comores et ils ont été intéressés», soutient le diplomate comorien.

La première phase consistera au remblaiement et à la construction du quai pour permettre aux bateaux, surtout ceux de pêche, d’accoster. Selon toujours l’ambassadeur Mahmoud Aboud, grâce aux activités autour et à l’intérieur du port, il va pouvoir s’autofinancer. Selon les prévisions, le projet va employer 5.000 personnes, dont 3.000 emplois directs et 2.000 dans des activités annexes.
Le projet sera cogéré par trois sociétés, à savoir Cccc, la société de pêche et une société comorienne. Par ailleurs, lors d’une rencontre qui s’est tenue le lundi 8 mars à Mrodju, le gouverneur de Ngazidja et la mission de la société Cccc ont discuté de la possibilité de construire des routes à Ngazidja. Dans trois semaines, une mission d’ingénieurs est attendue à Moroni pour étudier la possibilité d’effectuer ces travaux ainsi que la construction d’un port à Ngazidja.

Cccc travaille dans plusieurs pays africains. Il exécute notamment les travaux de construction du chemin de fer Mombasa-Ouganda, et opère à la fois au Kenya, au port de Lamu, à Djibouti et au Congo.

Asa /Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*