Violée à Dubaï, une touriste britannique risque la prison

Une jeune touriste britannique a été victime d’un viol collectif lors d’un voyage à Dubaï. Après s’être rendue à la police pour déposer plainte, elle a été inculpée pour relation sexuelle extra-conjugale…

​Incompréhension totale. Une Britannique de 25 ans, dont le nom n’a pas été révélé, est partie en vacances cinq jours à Dubaï en octobre dernier. Pendant son séjour, elle aurait été violée par deux individus britanniques également. A tour de rôle, les deux hommes l’auraient agressée sexuellement dans une chambre d’hôtel, et auraient filmé la scène. Ils seraient ensuite retournés chez eux, à Birmingham, quelques heures après les faits. La jeune femme, elle, s’est immédiatement rendue au poste de police afin de déposer plainte. Sauf qu’au lieu de prendre sa déposition et d’appréhender les agresseurs, la police l’a arrêtée pour relation sexuelle extra-conjugale, a rapporté l’association Detained in Dubaï, qui lutte contre les personnes emprisonnées injustement aux Emirats Arabes Unis. Pour les autorités, elle est considérée comme coupable : « La police confond souvent une relation sexuelle consensuelle et un viol avec violence », a expliqué Radha Stirling, fondatrice de l’association, à The Independent.

Depuis, la victime aurait été libérée sous caution, mais n’est pas autorisée à quitter le territoire de Dubaï. La police lui a d’ailleurs pris son passeport, a révélé un de ses amis au tabloïd The Sun. « Elle est en ce moment avec une famille britannique, mais elle est complètement terrifiée », a-t-il expliqué. La jeune femme craint d’être poursuivie en justice. Cette dernière doit verser 28 000 euros de frais de justice pour ses avocats, somme qu’elle ne possède pas. Pire encore, elle risque la prison, ou même des châtiments corporels.
Le ministère des Affaires étrangères britanniques, contacté par The Independent, a affirmé être informé de la situation et a assuré qu’il mettait tout en oeuvre pour venir en aide à la victime. Malheureusement, la loi des Emirats Arabes Unis en matière de viol entrave énormément les possibilités de recours. En effet, seul la confession de l’agresseur, ou le témoignage de quatre hommes, permet de prouver l’agression sexuelle.
Aufeminin.com

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*