Volons au secours de la presse comorienne 

Opinion libre :

Après l’assassinat prémédité et volontaire des institutions (Cour Constitutionnelle, Assemblée, Commission anti-corruption…), les arrestations arbitraires des politiques (Abdou Kamardine…), ce sont les journalistes, témoins de la dictature qu’on étouffe avant le passage à l’acte.

J’appelle la population comorienne à occuper pacifiquement la rue afin de revendiquer la liberté d’expression.

J’appelle les gérants des moyens d’information objectifs, notamment « Habarizacomores, « indépendance de l’archipel », « Roinaka » à redoubler d’efforts pour sensibiliser les comoriens et le monde car bientôt aucune station radio digne n’émettera et tous les journalistes engagés feront le choix entre la prison ou la fuite.

Survivra Al-Watwan pour la déformation de la vérité, le culte de la personnalité au service de l’Imam Colonel Président.
Le régime Azali ne montre aucun signe de progrès vis à vis du droit et s’arme de son arrogance pour arracher toutes les libertés du citoyen, l’avilissant et l’humiliant sans vergogne. « Nala yélé!!!
BEN ALI.

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*