WeChat, la messagerie rapide à la mode en Chine

C’est le dernier bébé d’un des grands acteurs de l’internet chinois, Tencent: WeChat (Weixin en chinois, 微信) est une application gratuite de messagerie rapide, lancée en janvier 2011 et devenue très populaire, utilisée principalement sur les smartphones (disponible non seulement en chinois mais aussi en anglais). En septembre, WeChat, qui ressemble à WhatsApp (payant) ou KakaoTalk (gratuit), a dépassé les 200 millions d’utilisateurs en Chine, dont certains dissidents qui s’inquiètent de la facilité avec laquelle les forces de sécurité peuvent désormais surveiller leurs conversations.

WeChat permet en particulier d’envoyer de courts messages et des photos à des listes d’amis, mais aussi, pour les plus « paresseux », d’adresser des notes vocales à ses correspondants, ou bien de dialoguer par vidéo. D’où l’impression, dans les rues de Pékin lors d’un récent voyage, d’assister au retour des talkies-walkies…

Son succès s’explique aussi parce que WeChat a intégré tous les outils les plus pratiques : à chaque compte est associé un QR code, ce qui permet, en quelques secondes, d’ajouter un ami ou une connaissance dans ses contacts grâce à un simple scan. WeChat permet également, via la géolocalisation, de trouver des contacts dans les environs.

Cependant, lundi 12 novembre, le dissident chinois Hu Jia, sur son compte Twitter, s’est inquiété de la surveillance des comptes WeChat par la guobao, la police politique (Brigade de protection de la sécurité intérieure). Hu Jia a expliqué au South China Morning Post que des agents de la guobao avaient interrogé certains de ses amis en leur donnant la teneur exacte de conversations sur WeChat.

Hu Jia donne cet exemple récent au quotidien de Hongkong: « Une fois, je suis descendu à la station de Dongdan du métro de Pékin. Alors que je venais de sortir, j’ai eu un SMS d’un ami me disant de se retrouver à Starbucks au sous-sol de l’Oriental Plaza. Une minute plus tard, alors que je traversais la passerelle (…), j’ai entendu un des agents en civil qui me suivent recevoir un appel; il a répété quelques mots: « Oriental Plaza… sous-sol… Starbucks ». Il est évident que le centre de commandement des recherches techniques de la guobao était en train d’indiquer à ceux qui me suivent, en temps réel, où je me rendais précisément (…). Cela prouve encore une fois que leur surveillance des SMS et de WeChat entre mes amis et moi s’adapte en temps réel. On peut considérer WeChat comme un moyen plus économique que les SMS avec des fonctions meilleures et un envoi plus rapide, et maintenant la guobao est capable de surveiller WeChat aussi facilement et rapidement que les SMS. En surveillant WeChat, ils peuvent avoir à la fois des messages vocaux et écrits. Généralement, nous envoyons des messages vocaux WeChat courts, en dessous d’une minute, détaillés et précis, c’est donc plus facile pour eux que d’effectuer une surveillance longue au téléphone. »

 François Bougon




  • Facebook
  • Twitter
  • Delicious
  • Tumblr


Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*